Les origines de Noël : des Saturnales à la fête chrétienne

Les origines de Noël : des Saturnales à la fête chrétienne
Par Julia Itel - Publié le 20 décembre 2021

À Noël, les chrétiens du monde entier célèbrent la naissance de Jésus-Christ, qui a eu lieu il y a plus de 2000 ans à Bethléem. Le 25 décembre, la fête de la Nativité rappelle le jour où Dieu s’est fait homme. Mais quelle est l’histoire de cette fête majeure chrétienne ?


À l’origine du 25 décembre : des fêtes païennes

Jusqu’au début du IVe siècle, les chrétiens ne célèbrent pas la naissance de Jésus. Ce n’est qu’à partir de 336 environ que l’on trouve à Rome la première trace d’une fête de Noël. En effet, mentionnée pour la première fois dans le Chronographe de 354, la fête de la Nativité est ajoutée au calendrier liturgique. Le 25 décembre est ainsi proclamé par l’Église de Rome, dies natalis Christi.

Cette date a été volontairement choisie par l’Église afin de christianiser un certain nombre de pratiques païennes. Dans la Rome antique, les Saturnales et le culte du Sol Invictus ont ainsi été célébrés en décembre, jusqu’à la fin du IVe siècle.


Les Saturnales


La fête des Saturnales se déroule, à Rome, du 17 au 23 décembre. Pendant une semaine, l’ordre social est inversé et il est courant de voir des esclaves bénéficier temporairement d’une certaine liberté. Les Saturnales représentent un moment festif, où l’on mange et boit parfois avec excès, où l’on s’échange des cadeaux, où l’on fait des jeux, etc.

En fixant la date de Noël au 25 décembre, juste après ces rites saturniens, il est possible que l’Église ait souhaité neutraliser cette fête païenne en lui opposant une attitude morale (le jeûne était souvent pratiqué pendant l’Avent).


Le culte du Sol Invictus


Bien que le culte du soleil trouve son origine dans l’Égypte ancienne, il n’apparaît à Rome qu’au IIIe siècle. Il est d’abord introduit par un jeune empereur d’origine syriaque, Héliogabale, qui voue une adoration au soleil.  Il établit alors le culte du deus sol invictus (dieu, soleil invaincu). Mais celui-ci comporte, pendant son règne, de la violence et des sacrifices humains, ce qui provoque la colère de certains Romains. Ces derniers décident d’assassiner l’empereur mais, malgré cela, le culte survit.

Lorsque l’empereur Aurélien arrive au pouvoir, Rome est un empire divisé et menacé par les invasions barbares. Il cherche un élément d’unité, permettant de consolider son Empire. Alors que le christianisme prend de plus en plus d’ampleur, il instaure le culte du Sol Invictus en 274 pour lutter contre son expansion.

Aurélien bâtit des temples dédiés au culte, fonde un clergé et même une théologie solaire, avec la collaboration des néo-platoniciens. Cette fête célèbre la naissance du dieu solaire Mithra et, à la même occasion, le solstice d’hiver. Le 25 décembre représente en effet, dans la Rome antique, le jour du solstice d’hiver, c'est-à-dire le jour le plus court de l’année et à partir duquel la lumière revient progressivement. Pour les païens, le solstice symbolise la croissance du soleil.

 

Le Christ, Soleil de Justice


Le culte du Soleil invaincu devient une fête majeure dans tout l’Empire romain. Pour lutter contre cette nouvelle poussée du paganisme, l’Église de Rome tente de lui opposer une nouvelle fête, Noël, et attribue à Jésus une symbolique solaire.

En effet, on voit apparaître dès le début du IIIe siècle, l’appellation du Christ comme Sol Iustitiae, Soleil de Justice. Cyprien de Carthage, un Berbère converti au christianisme et Père de l’Église latine, rapproche la naissance du Christ à la naissance du soleil (comme dans le culte de Mithra). Le choix de célébrer Noël le 25 décembre permet donc d’amplifier la naissance de Jésus, comme lumière divine, au cœur même de l’hiver. Pour les chrétiens, le soleil est considéré comme une des représentations symboliques du Christ. Il est d’ailleurs très courant de représenter picturalement Jésus entouré de rayons, tel un Christ solaire.

La fête de la Nativité est donc apparue à Rome comme alternative aux festivités païennes, à la place du culte du Sol Invictus, lui-même célébré le jour du solstice d’hiver. La diffusion de cette fête célébrant le mystère de l’Incarnation a permis de faire pénétrer la foi chrétienne au sein de la culture païenne. En associant la symbolique solaire à la figure du Christ, sans toutefois l’y réduire, la fête de Noël a permis aux convertis de transformer certaines de leurs anciennes croyances dans une sémantique chrétienne et d’adhérer largement au message chrétien.
 
D’où vient la messe de minuit ?
D’après les Évangiles, Jésus est né pendant la nuit mais sans clarifier, toutefois, l’heure. L’ouvrage juif Sagesse de Salomon (18, 14-15) apporte une précision : « la nuit avait accompli la moitié de sa course ». Ceci laisse supposer que la naissance a eu lieu vers minuit. Cette interprétation a rencontré beaucoup de succès et elle est venue faire écho à une coutume de Jérusalem, où l’on célébrait la messe dans la nuit du 6 janvier, au sein d’une église construite dans la grotte de Bethléem. Depuis, la tradition s’est répandue et la messe de minuit marque le début du jour de Noël.