Par Julia Itel - Publié le 10/02/2022

Après le jeûne et la charité, la prière est le troisième pilier du carême. Pendant quarante jours, jusqu’à la fête de Pâques, les chrétiens sont invités à cheminer de nouveau vers Dieu. Si l’Église n’impose aucune pratique, nombreux sont nos contemporains à ne pas savoir comment engager l’acte de prière pendant le carême. Qu’est-ce que la prière chrétienne ? Et comment, tout simplement, prier pendant le temps de carême ?

Qu’est-ce que la prière chrétienne ?

Du latin orare (« prier »), la prière est un acte, une pratique, qui nous relie à Dieu. En tant que membres de l’Église et donc du corps du Christ, les chrétiens sont régulièrement appelés à se mettre à l’écoute du Seigneur et à entrer en relation avec lui.     

Dans l’Église catholique, la prière est d’abord collective. Elle s’apprend principalement à la messe du dimanche et lors des grands rites liturgiques qui ponctuent l’année. Mais il est possible, et même encouragé, de pratiquer la prière personnelle afin d’établir une relation continue et intime avec Dieu.
 

À quoi sert la prière ?

Elle représente un temps d’écoute et d’ouverture à plus grand que soi qui nous enrichit intérieurement.

La prière est reconnue pour avoir une valeur thérapeutique et encourager la guérison spirituelle. Par exemple, alors que nous sommes tous pris dans des rythmes de vie effrénés, connus pour être sources de stress, la pratique de la prière invite à se poser quelques minutes et à recouvrer le calme intérieur dont nous avons tant besoin pour nous ressourcer. Elle a également la capacité de nous mettre en relation à quelqu'un – en l’occurrence Dieu ou la Vierge Marie, par exemple – et de nous libérer de certaines angoisses qui nous habitent en les exprimant clairement. La prière, en ce sens, peut donc avoir un effet cathartique.

Par la prière, nous sommes surtout encouragés, une fois nos peurs et blocages communiqués, à revenir à l’essentiel et à communier dans la pleine présence à Dieu. La prière accompagne donc la pratique du jeûne le temps du carême.

A voir 


Pendant le carême, il est conseillé de pratiquer le jeûne, c'est-à-dire la restriction volontaire d’un aliment ou bien d’une habitude que l’on souhaite abandonner car celle-ci nous éloigne de notre relation à Dieu. Pourquoi alors ne pas remplacer le temps que cette activité prenait dans notre emploi du temps par la prière ? Ou bien, on peut se demander quel moment précis de ma journée peut être consacré à la prière ? Qu’est-ce qui fonctionne le mieux pour moi ? Et de combien de temps ai-je besoin pour prier ?

Certains croyants préfèrent prier le matin, pendant que tout est encore calme. D’autres préfèrent prendre un moment durant leur journée, que ce soit dans les transports en commun ou bien à leur pause déjeuner sur un banc, dans un parc. Enfin, certains fidèles privilégient le moment du coucher. Cela leur permet de revenir sur des moments de leur journée, de demander pardon pour telle chose, ou de rendre grâce pour telle autre.
 

Où prier ?

Une fois le moment propice identifié, il est nécessaire de trouver un endroit favorisant la pratique de la prière. Techniquement, si l’on peut prier n’importe où, il est encouragé de trouver un endroit plutôt calme qui invite au recueillement.

Après tout, dans l’Évangile selon Matthieu (6, 6), Jésus dit à ses fidèles : « Lorsque tu pries, va dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est dans le secret ». Si à la lecture de ce verset on peut penser à se recueillir, littéralement, dans une chambre isolée, Jésus parle plutôt de la démarche de prière qui se fait dans le silence. Mais ce silence peut être intérieur dans la mesure où, avec la prière, il devient possible d’accéder à un espace à l’intérieur de soi, comme une « chambre intérieure », dans lequel la rencontre avec Dieu peut se faire.

Alors, peu importe que vous choisissiez votre chambre à coucher, votre bureau, l’église de votre quartier ou les transports en commun en allant au travail le matin, ce qui compte est de pouvoir accéder à ce lieu intime qui s’ouvre en présence de Dieu.
 

Comment prier pendant le temps du carême ?

Le silence, ou du moins le calme, est l’une des conditions qui favorisent l’état de prière. Comme cette pratique représente une mise en relation, une communion, avec Dieu, il est également important de se mettre en présence de Dieu. Pour cela, comment faire ? La tradition chrétienne et catholique propose trois grands types de prière, qui peuvent inspirer votre pratique.


La prière méditative

La méditation utilise un support qui peut aider le priant à se mettre à l’écoute du Seigneur. Et quel moyen plus concret que la Bible ? En effet, la lecture de celle-ci ou de quelques-uns de ses passages peut engager le croyant dans une véritable réflexion et communication avec Dieu. Par exemple, que me dit ce verset aujourd'hui ?

Selon Philippe Warnier, auteur de Prier. Petit guide encyclopédique de la prière chrétienne (1998), on peut aussi s’inspirer des écrits des grands spirituels et mystiques ou encore faire une relecture de sa vie, de sa journée, afin de discerner la présence de Dieu. Enfin, la contemplation de la beauté, que ce soit dans un paysage ou une œuvre d’art, est également révélatrice de la présence de Dieu ici-bas.

A voir


La prière orale permet de dire haut et fort ce que nous portons et d’établir, de manière intelligible, le dialogue avec Dieu. La prière orale peut se faire à voix haute, à voix basse (et ainsi prendre le ton de la confidence) et peut même être chantée, que l’on soit seul ou à plusieurs.

On peut s’inspirer des prières traditionnelles du christianisme, comme le Notre Père délivré par Jésus dans le Sermon sur la montagne, ou le Je vous salue Marie. D’autres préféreront, à certains moments, des prières plus personnalisées qui répondent à leurs demandes.


La prière silencieuse

Enfin, la prière est souvent silencieuse et intérieure. Il peut s’agir de réciter silencieusement, dans sa tête, les prières évoquées ci-dessus ou, plus largement, de converser avec Dieu.


Pardon, merci, s’il-te-plaît

Quels types de demande peut-on faire dans notre prière à Dieu ? Le père Yves Combeau, dominicain et conseiller éditorial au Jour du Seigneur, enseigne trois types d’intention de prière qui se résument à demander « pardon », dire « merci » et « s’il-te-plaît ».

En demandant pardon à Dieu, le croyant reconnaît sa dépendance à l’égard de celui-ci et, après avoir confessé ses péchés, il implore son pardon. En lui disant merci, le fidèle invoque l’action de grâces. Il gratifie le Seigneur de lui procurer tant de belles choses ; il est reconnaissant de tout ce qui arrive de bien dans sa vie et dans le monde. Il célèbre les grandes joies comme les plus petites, les miracles et les faveurs quotidiennes. Enfin, dans la formule « s’il-te-plaît », le chrétien peut intercéder en la faveur de quelqu'un ou bien demander des intentions pour lui-même. Il va alors solliciter l’intervention de Dieu dans sa vie ou dans celle des autres.
 

Voir tous nos contenus vidéo