Par Julia Itel – Publié le 08/07/2022

Saint patron de l’Église catholique, des travailleurs et des pères de famille, saint Joseph est l’un des seuls saints à être fêté deux fois dans l’année. Pourtant, les évangiles disent peu de choses sur lui. Qui est donc saint Joseph ? Pourquoi est-il un personnage central du Nouveau Testament ?


Qui est saint Joseph ?

Joseph est l’époux de Marie et le père adoptif de Jésus. De l’hébreu Yosef, son prénom signifie « il ajoutera ». Uniquement mentionné dans les évangiles de l’enfance de Jésus (Matthieu et Luc), il est présenté en tant que descendant du roi David.  


Joseph le charpentier 

Joseph exerce le métier de charpentier (Mt 13, 55). À l’époque, cela veut dire que c'est un artisan qui travaille le bois et qui peut autant exercer dans le milieu de la construction que dans la menuiserie. 

Il est possible qu’il ait transmis, selon la tradition, son métier à son fils. Chez les Juifs, le travail manuel est une manière honnête et respectable de gagner sa vie. C'est la raison pour laquelle Joseph est devenu, bien plus tard, le patron des travailleurs et qu’il est fêté le 1er mai.


L’époux de Marie

Joseph, un homme juste

On ne sait rien de la rencontre entre Joseph et Marie, la « bien-aimée de Dieu ». Dans la tradition juive, le mariage entre deux personnes s’effectue en deux temps : d’abord, le temps du mariage ; puis, le temps de l’aménagement à deux. Avant que le jeune couple n’habite ensemble, Marie tombe enceinte.

Il serait logique, dans ce cas-là, qu’un mari dénonce publiquement son épouse et que celle-ci soit lapidée. Or, Joseph n’en fait rien ; il la renvoie seulement. Matthieu nous dit que Joseph est « juste » (1, 19), c'est-à-dire qu’il est ajusté à Dieu, toujours en recherche de sainteté. 


L’Annonciation à Joseph

C'est alors qu’un ange du Seigneur lui apparaît en songe. Le messager lui demande de prendre Marie chez lui car elle est enceinte de l’Esprit Saint :
 

« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Mt 1, 20-21).

À son réveil, il accepte le projet de Dieu, ramène Marie dans son foyer et accueille sa virginité. C'est ainsi ce qui soude Marie et Joseph : la foi commune au dessein de Dieu. Tous deux partagent la même mission.


Joseph, père adoptif de Jésus

À la naissance de l’enfant, Joseph lui donne un nom : Yeshoua, « Dieu sauve ». En l’adoptant, il l’insère dans une lignée, celle de la maison de David. Joseph élève son enfant adoptif selon les coutumes juives : huit jours après sa naissance, il est circoncis selon la Loi ; puis, il est amené au Temple de Jérusalem afin de le présenter à Dieu comme offrande. C'est là que le prophète Siméon reconnaît l’Enfant Jésus comme « la lumière qui se révèle aux nations ». 

À lire

De cette manière, Joseph accomplit ses devoirs de père. Il s’occupe de donner un nom à l’enfant, de le nourrir, de le protéger et de lui apprendre un métier. Mais, surtout, il l’inscrit dans une généalogie : celle de l’histoire d’Israël. Ainsi, si Jésus est Fils de Dieu, il est également fils de David. 

Joseph apparaît pour la dernière fois lorsque Jésus a douze ans et qu’il est amené en visite au Temple de Jérusalem. Plusieurs théologiens ont donc émis l’hypothèse que le charpentier était mort avant la vie publique de son fils.


Jésus a-t-il eu des frères et sœurs ?

Le Protévangile de Jacques fait de Joseph un homme âgé qui aurait eu des enfants avant de prendre pour épouse Marie, ce qui aurait été confirmé dans les évangiles lorsque l’existence de frères et sœurs de Jésus est mentionnée (Mt 13, 55-56).

Cependant, à l’époque, le terme « frères » en hébreu désigne aussi les proches parents et les cousins. Rien n’indique, donc, que Joseph ait été plus âgé que son épouse ni qu’il ait eu une descendance directe.


Joseph et les songes

Les évangiles ne font pas parler Joseph. La tradition dit plutôt que les gestes et les actions du père adoptif de Jésus remplacent sa parole et que son silence fait acte de foi

Toutefois, une des particularités de Joseph est qu’il est habité par les songes. À trois reprises, celui-ci est visité par l’ange du Seigneur en rêve. Et après chaque rêve, la face du monde change car Joseph prend acte de la révélation qui vient de lui être faite : Dieu lui parle et il écoute.

Le premier songe est l’annonciation que lui fait l’ange à propos de la naissance à venir de Jésus. Dans le deuxième songe (Mt 2, 13), Joseph est averti qu’il doit fuir Bethléem avec sa famille car le roi Hérode désire faire tuer l’enfant. C'est ainsi que Joseph prend femme et enfant et les amène en Égypte. Comme Joseph le patriarche de l’Ancien Testament, il sauve de la mort Jésus et assure, jusqu'au bout, sa protection.

La troisième fois, après la mort d’Hérode, l’ange revient visiter Joseph et lui demande de rentrer en Israël. Encore une fois, le père écoute le messager céleste et installe sa famille à Nazareth où Jésus grandit. 


Comment s’est développé le culte de saint Joseph ?

Le culte de saint Joseph se développe d’abord lentement. S’il est vénéré en Orient dès le IVe siècle par quelques saints, ce n’est qu’à partir du XIIIe siècle qu’il devient un modèle de piété pour les chrétiens qui (re)découvrent avec intérêt l’humanité du Christ – et donc, les personnages de son enfance.

Les premières bases théologiques du culte de Joseph sont jetées par le franciscain Bernardin de Sienne et par le théologien Jean Gerson (1363-1429). Mais c'est surtout avec Thérèse d’Avila, au XVIe siècle, que son culte prend de l’ampleur en Occident. En effet, elle place sous sa protection les carmels qu’elle fonde.

À voir

Saint Joseph devient ensuite populaire. De nombreuses apparitions, dont celle du rocher de Cotignac, sont reconnues par l’Église. En 1661, le roi Louis XIV devient père pour la première fois et décide de consacrer la France à saint Joseph. 

En 1870, le pape Pie IX déclare Joseph Saint Patron de l’Église et fait du 19 mars sa fête officielle (en tant que Joseph charpentier). Puis, en 1889, Léon XIII le proclame saint patron des pères de famille et des travailleurs. Pie XII fixe, en 1955, une autre fête : le 1er mai (en tant que Joseph artisan). Enfin, le pape Paul VI le nomme en 1971 « protecteur de la famille ».

Saint Joseph est donc l’un des seuls saints à être fêtés deux fois dans l’année.
 

Voir tous nos contenus vidéo
Dossier – Le couple, l’ange et l’enfant  
L’annoncation à Joseph  
Tous frères de Joseph  
La naissance de Jésus  
Jésus perdu au Temple