Les sacrements de l’Église catholique

Dieu présent et agissant

De la naissance à la mort, toute notre existence peut être vécue unie au Christ. Les sacrements accompagnent cette croissance.

Qu’est-ce qu’un sacrement ?

Par le sacrement, le Christ agit, est présent, nous rejoint dans les événements fondateurs de nos vies. « Il est là présent par sa vertu dans les sacrements au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ lui-même qui baptise » (Vatican II, constitution sur la liturgie Sacrosanctum concilium, n° 7).

Quelles sont les dimensions des sacrements ?

Les sacrements sont les paroles, les gestes, les actions, des signes et des symboles par lesquels l’homme communique avec le Christ afin d’être uni à lui (voir Catéchisme de l´Église catholique, § 1146).

Dans le sacrement, le geste du célébrant est accompagné d’une parole de Dieu, signe visible, symbole, expression du don gratuit de Dieu, de la grâce, de son action dans nos vies.

Quelle est la place des sacrements dans le parcours chrétien ?

Les sacrements jalonnent, accompagnent la vie, la croissance humaine. Toute entière, l’existence peut être vécue unie au Christ.

Quels sont les 7 sacrements ?

Les sacrements de l’initiation – par lesquels nous devenons chrétiens :

–       Le baptême

Naissance à la vie chrétienne

Par le baptême, nous sommes configurés au Christ et, par l’Esprit Saint, devenons fils d’un même Père. Cette vie divine n’est pas seulement à recevoir mais à vivre.

Un geste : un bain d’eau et une onction d’huile.

Une parole : « Je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. »

–       L’eucharistie

Source et sommet de la vie chrétienne

L’eucharistie – « action de grâce », en grec – est la célébration de la mort et de la résurrection du Christ, présent sous les espèces du pain et du vin. Le baptisé la reçoit pour s’unir à Lui et être fortifié dans sa vie de baptisé.

Un geste : la réception de l’eucharistie ou communion.

Une parole : « Ceci est mon corps, livré pour vous. Ceci est mon sang, versé pour vous. »

–       La confirmation

La force pour témoigner

Par la confirmation, le baptisé reçoit une force spéciale de l’Esprit Saint afin d’annoncer l’Évangile, en parole et en action. Aussi ce sacrement est-il donné par l’évêque, successeur des Apôtres.

Un geste : l’imposition des mains de l’évêque sur le confirmand et l’onction de saint-chrême.

Une parole : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu. »

Les sacrements de l’engagement :

–       Le sacrement du mariage

Magnifier l’amour

Le mariage sanctifie l’union d’une femme et d’un homme, pour en faire un signe visible de la présence et de l’amour de Dieu pour les hommes. Le consentement de chaque époux fait le mariage.

Un geste : l’échange des alliances.

Une parole : l’échange du consentement des époux.

–       Le sacrement de l’ordre

Au service de la communauté

Par le sacrement de l’ordre, des diacres, prêtres et évêques sont consacrés au service du Christ et de la communauté.

Un geste : l’imposition des mains de l’évêque sur l’ordinand.

Une parole : la prière de consécration correspondant à l’ordre conféré (diaconat, presbytérat, épiscopat).

Les sacrements de la guérison :

–       Le sacrement de la réconciliation

Pour un cœur nouveau

Par le sacrement de la réconciliation, celui qui fait une démarche sincère envers Dieu en reconnaissant qu’il a blessé la communion avec Lui, les autres et lui-même, en exprimant son souhait de se convertir, reçoit le pardon de Dieu et la force de se remettre en route.

Un geste : la bénédiction du prêtre qui accueille le pénitent.

Une parole : « Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde ; par la mort et la résurrection de son Fils il a réconcilié le monde avec lui et il a envoyé l’Esprit-Saint pour la rémission des péchés : par le ministère de l’Eglise qu’il vous donne le pardon et la paix. »

–       Le sacrement de l’onction des malades

Paix et réconfort

Le sacrement de l’onction des malades apporte une aide spéciale au chrétien confronté à une maladie grave ou à la vieillesse. Il est le sacrement de la présence du Christ auprès de nous dans notre épreuve.

Un geste : une onction d’huile bénite sur le front et l’imposition des mains.

Une parole : « Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. »