Pour vivre pleinement en chrétien, il est nécessaire de recevoir le don de l’Esprit-Saint. C’est le rôle de la confirmation dans le trio des sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, eucharistie, confirmation). Communiquée par une onction d’huile et une imposition des mains, la confirmation insuffle au baptisé la force de répandre la foi en acte et en parole en vrai témoin du Christ.

Qu’est-ce que la confirmation ?

Au plan humain, comme au plan chrétien, tout n’est pas donné d’un coup. Après le baptême, qui est le sacrement de la naissance à la vie chrétienne, qui fait être chrétien et fils adoptif de Dieu, la confirmation, qui est le sacrement de la croissance et de la maturité spirituelle, fait agir en chrétien et confère une mission. Le sacrement de confirmation donne les dons de l’Esprit Saint pour fortifier le confirmand dans la foi.

Sens et signification

La confirmation perfectionne et complète l’effet du baptême. Elle joue dans la vie du chrétien le rôle indispensable de la Pentecôte qui rend les apôtres capables de témoigner de leur foi. Un peu comme un entraîneur envoie un footballeur sur le terrain en lui posant la main sur l’épaule pour lui communiquer sa confiance, ainsi le baptisé entre sur le terrain de sa vie coaché par l’Esprit-Saint qui le guide et le fortifie. Grâce à cet Esprit aux sept dons, le chrétien sait ce qu’il a à faire et comment remporter la victoire. Ce don de Dieu motive du fond de l’être. La confirmation fait du baptisé un adulte dans la foi. Elle rend capable peu à peu de s’engager pour le Seigneur.

Comment se déroule le sacrement de confirmation ?

Le rite de la confirmation comporte une onction de saint chrême et une imposition des mains. Le chrême est une huile parfumée faite d’un mélange d’huile d’olive et de résine balsamique. On peut voir dans cette onction sainte un symbole de la force que donne l’Esprit. Le chrême est comparable à l’huile dont on massait les lutteurs pour les assouplir face à l’adversaire et lui donner moins de prise. Elle imprègne le front et symbolise l’Esprit qui doit être dorénavant l’intime principe de ses actes. Le célébrant, normalement l’évêque qui peut s’adjoindre ou déléguer des prêtres, prononce en même temps qu’il impose les mains au confirmand ces paroles : « Untel, sois marqué de l’Esprit-Saint, le don de Dieu. » Et le confirmand répond : « Amen ». Il est dès lors un membre à part entière du peuple de Dieu, un laïc, du grec laos, « le peuple ». Il porte pour l’occasion une écharpe blanche ou rouge, couleur liturgique de la fête de Pentecôte, couleur du feu associé à l’Esprit-Saint.

Pourquoi et comment faire sa confirmation ?

Faire sa confirmation, c’est être affermi et fortifié pour témoigner en faveur du Christ. Du latin confirmatio, « renforcement, affermissement », la confirmation fait descendre le don de l’Esprit Saint sur un adolescent ou un adulte qui le demande à l’Église. La confirmation est par exemple un préalable obligatoire pour pouvoir accepter la mission de parrain ou marraine de baptême ou pour se marier religieusement ou prendre une responsabilité dans l’Église. En effet la force de l’Esprit est indispensable pour s’engager au nom du Christ. Une vie chrétienne authentique a besoin de tous les dons et charismes de l’Esprit.

Pour faire sa confirmation, le mieux est de se rapprocher de son curé ou de sa paroisse. Les diocèses proposent des cheminements pour conduire au sacrement au sein d’équipes pendant six mois, un an ou un peu plus selon les circonstances. Parlez-en avec votre curé…

Trois textes bibliques pour réfléchir :

Isaïe 11,2-3
Ac 8, 15-17
Actes des Apôtres 2,1-11

 

Magali Michel