Je fais un don

«Restez éveillés !
Priez !» Car voici l’Avent, ces quatre semaines qui nous séparent de Noël, temps de la longue veille qui attise le désir et l’espérance.
 Jésus nous réveille pour guetter la vie qui vient et veut naître en nous. De tout temps, comme aujourd’hui, on a cru que la vie nous venait de la nature, des étoiles, du soleil ou de la lune. Nous sommes pétris de terre et sensibles aux forces cosmiques. Mais les astres ne sont ni Dieu ni maîtres de nos vies. En se soumettant à eux, nous en faisons des idoles et devenons leurs esclaves. Dieu seul donne la vie à travers eux.
 Voilà pourquoi lorsque Jésus annonce qu’il vient nous faire vivre, il décrit la chute des idoles. C’est une manière d’affirmer que Dieu seul est source de vie et délivre du mal.
 Quand nous laissons Dieu entrer dans nos vies c’est une heureuse révélation. Révélation se dit, en grec, apocalypse. L’apocalypse est l’heure de la révélation de la fin du monde : non pas son point final mais sa finalité, son but. Le sens du monde, sa fin, c’est découvrir que le Ressuscité vient, dans notre attente, donner la vie. Ce don de la vie ne peut être détruit et les forces de mort qui nous rongent sont anéanties par le Vivant qui nous appelle à vivre. Alors, n’ayez plus peur. «Redressez-vous, relevez la tête.»

Mais comment entendre la graine qui pousse quand les cris de guerre et de haine nous font croire que tout agonise ? Comment percevoir les infimes battements du coeur d’un bébé dans le sein maternel quand la fureur du monde nous rend sourds ? Il faut retrouver le silence du veilleur pour rester avec tendresse à l’écoute de la vie et des vivants, murmure discret dans la nuit. Dieu frappe à notre porte et attend. Il espère les veilleurs. Et il veille, comme le père de l’enfant prodigue. C’est même parce que Dieu veille sur nous, comme sur des enfants malades ou perdus, que nous pouvons tenir éveillés ! Cet immense désir originel et permanent nous maintient dans la vie et dans l’amour. Alors, «Redressez-vous, relevez la tête.»

Dieu a semé un germe de bonheur et la promesse vient, sans éclat ni bruit. Un germe est minuscule, mais sa force est explosive ! Ce germe c’est Jésus qui, à Noël, est semé en terre et chair humaines. Sa résurrection ouvre les coeurs et les tombeaux. Mais il faut être en éveil, comme Matthieu, le rejeté, qui accepte d’être appelé et invite, en retour, à écouter la Parole.
 Depuis Noël la même Parole de vie veut prendre corps en chacun de nous ; c’est le cadeau de Dieu. Alors, la fin du monde où jaillit le sens de la vie, est comme un soir de Noël, lorsque les enfants impatients reçoivent leurs cadeaux. Les beaux emballages éclatent et les papiers décorés sont déchirés. Personne n’est effrayé. La maison tressaille de joie car l’attente est comblée. Ainsi, cieux et terre sont secoués, comme nous, pour accueillir la surprise de la vie de Dieu.Aujourd’hui et à tout moment, Dieu se donne et apaise le coeur qui veille. Aussi, amis, n’ayez plus peur. «Redressez-vous et relevez la tête.»

Références bibliques :

Référence des chants :