Je fais un don

Frères et soeurs,

Ceux qui, parmi vous, suivent les nouvelles du monde ont pu constater qu’à l’heure actuelle, dans certains milieux occidentaux, les religions ont mauvaise presse. Elles sont accusées d’entretenir la division entre les hommes et d’être la cause de nombreux conflits. Il me semble que les lectures de ce 22e dimanche du temps ordinaire nous apportent quelques éléments de réponse, au moins en ce qui concerne le christianisme.
La première lecture, tirée du Deutéronome, nous rappelle que les commandements de Dieu sont des paroles de sagesse capables de nous guider vers une vie heureuse et paisible. Le problème est que les hommes n’écoutent pas les paroles de Dieu, ils préfèrent s’écouter eux-mêmes ou, comme les pharisiens qui sont blâmés par Jésus dans la lecture évangélique d’aujourd’hui, ils écoutent en altérant le sens ou même en y cherchant simplement une justification de leur comportement fautif.
C’est ainsi que tout au long de l’histoire de l’Église, des gens qui se prétendaient chrétiens ont utilisé la violence pour arriver à leurs fins et ont fait la guerre au nom d’un Dieu qui se proclame pourtant lui-même le "Dieu de paix". Tout cela parce qu’au fond, ils se sont écoutés eux-mêmes au lieu d’écouter Dieu.
Cette année, dans le cadre du Synode des jeunes, l’Église de Polynésie a beaucoup écouté les jeunes. Non seulement ils ont été écoutés, mais leurs réponses ont été notées, classées, regroupées pour qu’elles aient plus de force. Il le fallait, car il était nécessaire de savoir ce que les jeunes pensent, ce qui les attire, ce qu’ils craignent pour répondre à leurs aspirations. Mais le synode doit être aussi une occasion pour les jeunes de se mettre à l’écoute de la parole de Dieu, sans quoi nous tomberions dans la faute que nous venons de dénoncer : s’écouter soi-même au lieu d’écouter Dieu.
Comment lire et écouter la parole de Dieu ? Saint Jacques nous donne un conseil judicieux quand il nous dit aujourd’hui : "Accueillez humblement la parole de Dieu". Pourquoi faut-il accueillir humblement cette parole ? Parce que cette parole est plus grande que nous, c’est une parole de vie et de vérité. Ne cherchons pas à mettre nos idées dans cette parole, mettons plutôt cette parole dans nos idées.
Vous savez que dans le comportement de beaucoup de jeunes, il y a des choses qui ne s’accordent pas avec la parole de Dieu. La tentation serait, pour cette raison, de fermer nos oreilles à une parole qui semble trop difficile à écouter et surtout trop difficile à proposer. Mais ce n’est pas à nous de juger la parole de Dieu, c’est plutôt elle qui doit juger nos actes et nos comportements. C’est dans la mesure où nous acceptons son jugement que cette parole nous changera et nous fera grandir. C’est aussi dans la mesure où nous aurons écouté et médité cette parole que nous aurons quelque chose de solide et de consistant à proposer aux jeunes de Polynésie.
Amen.

Références bibliques :

Référence des chants :