Chers amis,

L’Ascension, il ne faut pas considérer cela comme un point final. C’est au contraire le moment charnière qui nous permet d’entrer dans une nouvelle manière de vivre. On trouve cette idée dans les nombreuses paroles d’adieu de Jésus, entre Pâques et Pentecôte. Paroles remarquables qui montrent que le départ du Seigneur constitue une phase déterminante de sa manière d’être présent au monde.

Il est évident que la mort d’un être aimé nous marque profondément. Le décès inopiné de mon père l’an dernier, tout autant que l’épreuve douloureuse de la mort de Walter Corneillie, nous ont plongés dans un processus de deuil qui a ses propres caractéristiques, et cela vaut aussi pour les croyants.
 L’amour que j’éprouvais pour mon père et pour Walter m’a énormément soutenu sur mon chemin de vie. Ils faisaient partie de ceux qui m’ont appris à connaître et à aimer Jésus. C’est ainsi que le Ressuscité, l’Homme-debout, est devenu Vie et Lumière véritables pour moi. Non seulement le chagrin de la mort du Seigneur et de nos êtres chers, mais aussi la force des visions où ils nous apparaissent, constituent quelque chose de concret quand un être aimé nous quitte.

L’évangile de Luc parle de 40 jours après la Résurrection pendant lesquels le Christ vivant s’est « laissé voir » de ses disciples. Quarante est un nombre rond, symbolique, bien connu dans la Bible. Nos propres périodes de deuil ont besoin de plus de temps. Cette expérience vous la connaissez aussi n’est-ce pas !
 Combien de fois après son décès n’ai-je pas reconnu mon père dans les petites choses de la vie : dans le soin que ma soeur apporte à ma mère malade, je reconnais la présence de mon père, et presque chaque dimanche quand la communauté est réunie, je reconnais sa voix dans les chants de la liturgie.
 Et Walter Corneillie n’est-il pas plus présent que jamais dans notre lutte et nos soins incessants pour les réfugiés et les sans-papiers ?
 C’est précisément à cause de la force de ces visions intérieures qu’il nous est indispensable tôt ou tard de nous détacher de ces apparitions. La puissance de ces images, tout autant que notre chagrin bannissent le présent et le repoussent vers le passé. Dans les visions et apparitions nous restons en effet prisonniers jusqu’à un certain point de quelque chose qui nous est étranger. Elles bloquent l’accès à notre propre vie. Voilà pourquoi le départ du Seigneur est une bonne chose pour ses disciples.
 Il va devoir, il faut que tout ce que le Seigneur a dit et fait devienne vie intérieure pour nous. Nous ne devons pas seulement accorder de l’importance à des paroles, uniquement parce que le Seigneur les a prononcées, mais parce que ces paroles doivent surgir spontanément du plus profond de notre coeur.
 Nous ne devons pas admirer les oeuvres de Jésus comme des merveilles inaccessibles, mais comme des incitations à utiliser, à son exemple, les aptitudes et qualités que nous découvrons en nous-mêmes. Cette séparation, l’Ascension, est indispensable pour que la personne, le message de Jésus, deviennent Chemin et non obstacle, pour qu’ils rayonnent la Vie et non la mort. Pour qu’ils nous conduisent à l’amour vrai et juste. Le Seigneur n’est plus devant nous, il est dans notre regard ; nous n’entendons plus le Seigneur : nous sommes ses oreilles, et c’est sa bouche qui doit parler par nos lèvres.
 Les anges, envoyés de Dieu, disent clairement aux disciples : « Ne restez pas à regarder vers le ciel ». C’est sur terre que nous, chrétiens et tout homme de bonne volonté devons réaliser la paix et la justice.

Chers amis,
 Ce n’est pas par hasard que l’Ascension tombe un jour de semaine au milieu des réalités de chaque jour, au coeur de la vie concrète de chaque homme ; Noël, Toussaint, 15 août, sont des fêtes qui sont célébrées presque toujours pendant la semaine. Ces grandes fêtes sont des fêtes de l’homme. C’est à nous que la mission de l’Ascension est donnée.
 Avec les yeux de Jésus nous voyons tous ceux qui ont faim et nous devons nous efforcer de créer une économie juste qui bannit toute pauvreté.
 Avec les yeux de Jésus nous voyons tous ceux qui ont soif, qui n’ont pas accès à l’eau potable et aux soins de santé.
 Avec les mains de Jésus nous devons partager et redistribuer pour que tous aient la vie et l’aient en abondance.
 Avec les oreilles de Jésus nous entendons les appels des réfugiés demandant l’hospitalité.
Avec le coeur de Jésus nous préparons un lieu d’accueil pour ces personnes dans nos communautés.
 Avec les yeux de Jésus nous voyons comment des hommes sont spoliés de leur droit à la paix et à la justice ; se retrouvent nus et sans protection dans les camps palestiniens ou les geôles irakiennes.
 Avec les yeux de Jésus nous voyons les enfants malades à travers le monde, des millions de personnes marquées par la pauvreté et le Sida. Accueillons-les avec amour et respect.
 Avec les oreilles de Jésus nous entendons les cris et les appels des prisonniers de par le monde. N’ayons pas peur de les visiter et de leur offrir un avenir.
 Si chrétiens et hommes de bonne volonté réalisent cela, alors notre Ascension sera véridique.
 Si chrétiens et hommes de bonne volonté apportent cette paix et cette justice dans le monde, alors nous pouvons dire : « L’esprit de Dieu repose sur nous ».
 Amen

Références bibliques :

Référence des chants :