ET TOI, QUE DIS-TU DE CET ENFANT ?

Ce matin, partons en voyage… Mais partons en voyage sans pour autant quitter notre vie quotidienne, nos familles, les joies de ce temps de Noël et peut-être aussi sans nous évader des soucis et des peines de ce moment… Partons en voyage dans notre histoire de croyants… En effet, la Parole de Dieu, que nous venons d’entendre, trace devant nous l’horizon – très large – de la grande histoire du salut, cette grande histoire d’amour entre Dieu et l’humanité, ce grand récit de la foi entre l’homme et Dieu. Invitation au voyage, invitation à aller de la promesse faite par Dieu à Abraham de lui donner une descendance aussi nombreuse que les étoiles qui brillent dans le ciel jusqu’à la parole du vieillard Syméon à Marie et à Joseph : ce petit enfant sera lumière pour tous les peuples… invitation, peut-être, à aller encore plus loin car cette histoire n’est pas finie… cela fait 2000 ans que l’on en parle et que beaucoup d’hommes et de femmes y trouvent aujourd’hui un sens pour leur vie…

Ce voyage nous emmène à Jérusalem et l’histoire est en quelque sorte une histoire de famille, une famille un peu particulière… puisqu’on la nomme la Sainte Famille… une famille qui, quelque part, concerne toutes les autres familles et même la grande famille humaine…

À Jérusalem, au temple, c’est la rencontre de trois générations : il y a ce jeune couple, Marie et Joseph ; il y a ces deux personnes âgées, Syméon et Anne et il y a l’enfant, Jésus. Et c’est l’enfant qui est au coeur de cette rencontre, l’enfant que Syméon prend dans ses bras comme un grand-père plein d’affection ; l’enfant qui réjouit le coeur de cette vieille femme et lui donne l’enthousiasme de la jeunesse pour en parler à tous ceux qu’elle va rencontrer. Pour cet homme juste et religieux et pour cette femme servant Dieu dans le jeûne et la prière, cet enfant est à la fois comme tous les autres enfants et pourtant bien différent. Comme tous les enfants du monde, il est signe d’espérance : chaque enfant, chaque nouvelle génération ouvre l’espoir qu’il sera possible demain de construire un monde meilleur, plus juste, plus fraternel.

Mais cet enfant est bien autre qu’un simple signe d’espérance, Il est Celui en qui se réalise l’espérance de tout un peuple, Celui en qui les promesses de Dieu trouvent leur achèvement. Et derrière Anne et Syméon, vous pouvez voir se profiler toute une foule, se dessiner toute l’histoire – histoire sainte – des hommes et des femmes qui ont mis leur confiance, leur foi en Dieu : Abraham, Isaac et Jacob, Moïse et tout le peuple que Dieu fait sortir d’Égypte en le libérant de l’esclavage, le roi David, les prophètes qui rappellent que Dieu n’oublie jamais son Alliance et bien d’autres encore… Mais nous pouvons voir aussi dans les paroles de Syméon se profiler une autre foule, encore plus considérable, tous les autres peuples de la terre entière qui reconnaîtront en Jésus le Christ la lumière qui éclaire tout homme… et ces peuples, il s’agit de nous… de vous… de moi… de tous ceux et de toutes celles qui accueillent la joie de Noël… finalement, ce vieil oracle de Syméon nous concerne… et interroge peut-être chacun d’entre nous : et toi, que dis-tu de cet enfant ?

Cependant cette question – et toi, que dis-tu de cet enfant ? – demeure incomplète, pour y répondre il nous faut encore aller plus loin. Nous ne pouvons pas rester qu’à la crèche, ni avec la Sainte Famille à Jérusalem ou à Nazareth. Il nous faut, comme Marie, entendre jusqu’au bout les paroles de Syméon : le chemin que prendra plus tard cet enfant ne sera pas celui d’un Messie faisant l’unanimité autour de lui. Ce sera le chemin de la croix, un chemin difficile où il lui faudra affronter la violence et la haine, un chemin où Marie accompagnera son fils, un chemin qui cependant ne s’arrêtera pas là… et conduira jusqu’au matin de Pâques… Alors, de la crèche à la croix, la question " et toi, que dis-tu de cet enfant ? " devient : " et toi, que dis-tu de Jésus le Crucifié ? "

Depuis 2000 ans, cette question traverse l’histoire de l’humanité… Chacun est libre d’y répondre… Depuis 2000 ans, une foule de croyants, comme Anne et Syméon, comme Marie et Joseph ont reconnu dans le visage unique de l’enfant à la crèche et de l’homme en croix, la lumière qui éclaire toutes les nations… C’est Lui, Jésus le Christ – le même hier, aujourd’hui et demain – dont nous célébrons la mort et la résurrection au cours de cette messe.

Ainsi, avec Anne et Syméon un temps ancien s’en va ; avec Marie, Joseph et l’enfant des temps nouveaux – les derniers – adviennent… Ce sont ces temps nouveaux qu’il nous est donné de vivre aujourd’hui dans la joie de Noël, ces temps nouveaux où la grande famille humaine, qui peuple toute la terre, est appelée à reconnaître et à vivre de la Bonne Nouvelle que porte l’humble famille de Nazareth.

Références bibliques :

Référence des chants :