Parler du Carême, mon Dieu, quelle aventure périlleuse ! Tout d’abord, n’ayez pas honte de le dire, un certain nombre d’entre vous prenez conscience à l’instant même que le Carême 1999 est commencé. Ou bien vous le saviez, mais vous dites : « Le Carême… oui… et après ? … ça fait rengaine, c’est chaque année pareil… Et puis, surtout, ça n’est pas drôle du tout ! » C’est vrai que le Carême n’a pas bonne réputation. Il évoque six semaines interminables, placées sous le signe de l’austérité et de l’inoubliable morue du vendredi.
Eh bien, puisque le Carême est attaqué, je voudrais le défendre, faire un plaidoyer pour le Carême. Comment m’y prendre ? simplement, en méditant l’évangile que nous venons d’entendre.
Mais l’évangile que nous venons d’entendre est un texte difficile, un récit qui nous semble bien étrange et, pourquoi ne pas le dire, étranger à notre vie, loin de nous. Non, il n’est pas loin de nous. Ce récit des trois tentations de Jésus au désert contient même quelque chose d’essentiel pour chacun de nous – à condition de le comprendre.

*
* *

Le comprendre, c’est d’abord dissiper un doute qui nous habite probablement. Les tentations de Jésus, n’est-ce pas une façon de parler ? Est-ce que Jésus a vraiment été tenté, tenté comme nous ? Eh ! oui, ce récit nous le raconte et à bien des reprises, l’évangile nous en reparle.

Comprenez bien : Il s’agissait pour Jésus de faire advenir le Règne de Dieu, de créer un monde nouveau. Le plus simple, le plus efficace n’était-il pas de prendre le pouvoir

* en donnant du pain à manger : « Ordonne que ces pierres deviennent du pain »
* en donnant des exploits à admirer : « Jette-toi en bas, on croira en toi »
* en donnant un roi à adorer : « Tous les royaumes de la terre, je te les donnerai ».

Beaucoup attendaient cela du Messie. Ils attendaient que l’Envoyé de Dieu subvienne aux besoins matériels du peuple, qu’il fasse des prodiges, qu’il étende un pouvoir irrésistible sur la terre. Jésus n’a pas voulu. Dans ce grand vent d’orgueil qu’on lui soufflait, il reste impassible. Il s’adosse à la volonté de son Père.

Il a résisté à la tentation, ce jour-là, comme il a résisté en bien d’autres occasions que l’évangile nous raconte, par exemple quand il a été tenté par la foule qui voulait le faire roi, tenté par les juifs qui réclamaient des grands signes dans le ciel, tenté par son ami Pierre qui le poussait à renoncer à la folie d’être arrêté et mis à mort, tenté par ceux qui lui ont crié, le dernier jour : « Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix… »

Oui, Jésus a réellement été tenté, mais il est resté fidèle jusqu’au bout à son Père et à la mission confiée, et c’est cette victoire sur la tentation qui nous est proposée au début de ce Carême.

*
* *

Ne dites pas que ces trois tentations ne sont pas les nôtres, elles sont les tentations de tout homme :

– la tentation du pain quotidien ou l’appétit de posséder,
– la tentation de la réussite ou le goût de parader,
– la tentation du pouvoir ou l’ambition de dominer.

LA TENTATION DU PAIN QUOTIDIEN ou l’appétit de posséder

Le pain quotidien, c’est la nourriture sans doute, mais notre pain quotidien c’est aussi notre argent, notre profession, nos occupations quotidiennes, ce que nous possédons…

Mais vous me direz : « Tout cela n’est pas un mal ». Non… ce n’est pas un mal. Alors où est la tentation ? Jésus nous dit : « L’homme ne vit pas seulement de pain ».

Notre tentation c’est de vivre seulement de ce pain-là et de n’avoir plus ni le temps ni le goût pour toute parole qui sort de la bouche de Dieu

* vous les jeunes… entre le collège ou le lycée,… les sports, le cinéma… est-ce qu’il vous reste du temps pour réfléchir ou pour prier ?
* vous les étudiants… bientôt les partiels, les révisions, les examens, c’est important bien sûr, mais avez-vous encore du temps et du goût pour la prière, pour vivre tout cela avec Dieu ?
* vous… les jeunes adultes… vous avez 30 ans, 35 ans, tout vous sollicite, le travail, la promotion professionnelle, la construction d’une maison peut-être… C’est sûr, c’est important pour vous, mais, vous le savez, un homme, une femme, un couple, ne mangent pas seulement de ce pain-là !
* tous, qui que nous soyons, quelle que soit notre condition, riches ou pauvres, jeunes ou anciens, nous avons avantage à entendre aujourd’hui cette parole de Jésus : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » car tous, nous sommes tentés de vivre au ras de nos occupations quotidiennes et de nos désirs immédiats, sans jamais relever la tête… ou joindre les mains.

Le Carême 1999 nous en donnera-t-il l’occasion ?

LA TENTATION DE LA RÉUSSITE ou le goût de parader

Mais réussir, ça n’est pas un mal. Celui qui ne réussit pas… qui ne réussit rien est très malheureux. C’est vrai, ça n’est pas un mal. Alors, où est la tentation ?

La tentation c’est de ne vivre que pour réussir, réussir à tout prix, courir après son petit succès, briller, agir pour la galerie, jouer son personnage, sauver la face…

Jésus nous dit au début de ce Carême : « Bas les masques… n’agissez pas pour paraître, pas d’hypocrisie… Que votre main droite ignore ce que donne votre main gauche… Dieu voit dans le secret ».

Au cours de ce Carême, saurons-nous jeûner de cet appétit de paraître et de ce goût de parader ?

On dit que c’est la plus redoutable. Tous, nous exerçons un pouvoir. Oh ! pas « sur tous les royaumes de la terre » ! Mais, dans cette église, tous nous exerçons un pouvoir… Je vois votre étonnement. Vous vous demandez bien quel pouvoir vous exercez. Vous avez plutôt l’impression de subir le pouvoir qu’on exerce sur vous. C’est vrai que le pouvoir est plus évident dans la vie des cadres, des employeurs, des professeurs, des professions libérales… Mais vous les parents, vous exercez un pouvoir sur vos enfants. Moi qui suis prêtre, j’exerce un certain pouvoir sur vous. Vous les jeunes qui poursuivez des études longues… vous exercerez un pouvoir dans la société de demain.

Mais le pouvoir, ça n’est pas un mal… avoir des responsabilités, ça n’est pas un mal. Alors, où est la tentation ?

La tentation, c’est de confondre le pouvoir avec l’ambition de dominer, la tentation c’est d’oublier que le pouvoir vous donne le devoir de servir. Que de choses seraient changées, dans les professions, dans le monde, si tous ceux qui exercent un pouvoir l’exerçaient, non pas en volonté de puissance, mais comme un service ! Nous qui exerçons un pouvoir, nous sommes tentés de nous en servir, au lieu de servir.
Au cours de ce Carême, saurons-nous jeûner de cet appétit de pouvoir et de l’ambition de dominer ?

*
* *

Voilà… où nous a conduit le récit des trois tentations de Jésus… Tentations de tout homme. L’abondance, l’apparence, la puissance, ce sont des maladies mortelles pour nous et pour le monde…
Le Christ en a été victorieux… Il nous propose de participer à sa victoire, en le suivant sur son chemin… et c’est cela le CARÊME.

Références bibliques :

Référence des chants :