La Chapelle de Ronchamp est considérée à juste titre comme un chef-d’œuvre de l’architecture moderne. Elle parle à nos regards et à nos coeurs. Tout art nous atteint, nous touche et nous émeut parce qu’il est parole et langage. Aussi, un nombre considérable de chrétiens y sont d’autant plus sensibles qu’ils y trouvent une voie d’accès vers le Créateur. Le prophète Élisée trouvait dans la chambre que la femme de Sunam lui avait aménagée sur la terrasse de sa maison, non seulement un lieu d’accueil et de repos réparateur, mais aussi un peu de solitude et de tranquillité pour prier et rencontrer le Seigneur. En lui offrant ce lieu de prière et de recueillement, elle annonçait déjà la parole de Jésus : « Qui accueille un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète » et elle anticipait sur ce que serait le Cénacle pour les apôtres et la Vierge Marie : le lieu privilégié où dans le silence on se ressource à la Parole de Dieu. Ainsi en va-t-il pour les visiteurs qui passent dans nos cathédrales, nos basiliques, nos églises et nos chapelles : ils trouvent là ce que peut-être ils cherchent secrètement et qu’un architecte comme Le Corbusier a voulu leur offrir en bâtissant cette chapelle, « un lieu de silence, de prière, de paix, de joie intérieure ».

Je voudrais rappeler ce matin que l’art sacré est avant tout témoignage, car si l’art est expression humaine, il est aussi message divin de sorte qu’un dialogue peut s’instaurer dans une langue commune entre Dieu et ses créatures.

I – L’art est bien cette expression humaine par laquelle nous cherchons à mieux manifester nos sentiments, à mieux connaître notre nature, à mieux déchiffrer notre destin. En effet, toute création artistique est un acte qui donne sens à nos vies. Une œuvre littéraire est le reflet de la pensée. Une composition musicale suscite des émotions. Les arts plastiques traduisent la condition et l’activité des hommes, leur vie en société. Dans l’acte de création, l’art est une voix d’homme qui s’exprime. Dans l’acte de contemplation, l’art parle aux hommes. Par-là, il assure échange et communication. Grâce à lui, nous apprenons à mieux nous connaître. Les historiens de l’art ont leurs théories et leurs conclusions. Pour nous chrétiens, une évidence s’impose : nous devons ouvrir largement les bras pour bien accueillir ceux qui font une halte dans nos lieux de culte, afin de mieux illustrer cette parole du Christ : « Qui vous accueille m’accueille et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé ».

II – Expression de l’homme, l’art est aussi message divin Dans la Genèse, chaque acte créateur de la terre et de la mer, des arbres et des fruits, du soleil et de la lune, des oiseaux et des bêtes sauvages et enfin de l’homme et de la femme, est assorti de l’appréciation suivante : « Et Dieu vit que cela était bon ». Ainsi Dieu, à l’exemple d’un artiste jugeant son œuvre, a manifesté sa satisfaction devant la beauté de sa création. Dieu qui est tout ensemble, beauté, bonté et vérité tient tout à la fois le langage du bon, le langage du vrai, le langage du beau.

La beauté, exaltée dans toutes les formes de l’art et exaltation de l’âme, est donc un cadeau de Dieu à notre monde qui en a tant besoin pour ne pas sombrer dans la désespérance. Beauté et vérité mettent la joie au cœur, résistent à l’usure du temps, unissent les générations et font communier dans l’admiration.

Dans notre prière d’ouverture, nous avons demandé d’être toujours rayonnants de vérité, de la vérité de l’amour, de cette vérité qui est incarnée en Jésus qui nous a dit : « Je suis le chemin, la vérité, la vie ».

La révélation chrétienne continue d’irriguer et de féconder la pensée contemporaine. J’en vois le témoignage dans les soins attentifs apportés à la sauvegarde et à l’entretien du précieux patrimoine religieux que nous avons reçu en héritage, à l’entretenir et à le valoriser, à promouvoir sa dimension culturelle mais aussi et surtout sa fonction pastorale et missionnaire. Comme toute église et cathédrale, la chapelle de Notre-Dame-du-Haut est un témoignage de notre foi et un lieu de sa manifestation. Nous célébrons cette année son cinquantenaire. Avec le roi Salomon lors de l’inauguration du Temple de Jérusalem, nous pouvons dire : « Seigneur, je t’ai construit une demeure où tu habites à jamais… Sois attentif à la prière et à la supplication de ton serviteur ». Et notre prière portera devant le Seigneur nos craintes et nos doutes, notre espérance et notre attente de la paix et de la sérénité, de la joie et de la force dont nous avons besoin pour notre route de chaque jour.

Mais nous ne saurions oublier que la vraie demeure de Dieu c’est le Christ ressuscité, c’est l’Église, corps du Christ, répandue à travers le monde. Aussi, de cette chapelle qui attire des visiteurs du monde entier et qui est dédiée à Notre Dame, nous nous adressons à la Mère du Christ pour apprendre d’elle à accueillir tout à la foi son Fils et nos frères :
Mère de miséricorde et de pitié, riche de tendresse pour tes enfants, Viens au secours de tous les blessés de la vie et soutiens le courage de tous les artisans de fraternité, de justice et de paix.

Marie, Notre Dame du Haut, bénie entre toutes les femmes, nous te redisons notre filiale confiance. Marche avec nous sur nos chemins de vie et guide nos pas vers ton Fils ressuscité, Jésus, notre Seigneur. Amen !

Références bibliques :

Référence des chants :