« Votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume ».
Ce don, il est magnifique. C’est aussi le don de notre existence, celle de nos proches, la création tout entière qui nous porte et nous nourrit, l’amour qui bâtit nos vies, le bien qui vient de Dieu et sans qui n’est aucun bien. 
Pour le comprendre, appuyons-nous sur Laudato Si, la très belle encyclique du pape François où il nous dit : « Tout est don, tout est lié, tout est fragile ».
« Tout est don ». Le Royaume de Dieu nous est donné : son amour, sa relation, sa création. En créant le monde, Il voit que cela est bon. L’homme y fait lui-même de belles choses par sa main et ses techniques, mais rappelons-nous que nous recevons tout de la main de Dieu. Même nos œuvres humaines, aussi importantes soient-elles. Qu’elles trouvent en Lui leur source et reçoivent de Lui leur achèvement. C’est notre mission, à nous, les amis du Christ, de rappeler que notre monde vient d’une transcendance, Dieu, révélé en Christ. Et toutes nos existences trouveront en Lui leur accomplissement. C’est précisément parce que tout est don gratuit de la main du Père que nous pouvons devenir des êtres fraternels. Ôtons de notre existence toute transcendance, l’homme se trouvera seul en face de lui-même, et nous allons devenir des tyrans les uns pour les autres ; nous éliminerons les plus faibles, du commencement à la fin de la vie ; les personnes handicapées, âgées, tous ceux qui sont différents. Oui, c’est parce que nous recevons tout comme don que nous sommes de vrais serviteurs de la Création de Dieu !
« Tout est lié » également. En nous confiant son Royaume, Dieu se retire. Il nous fait le don de sa confiance en nous donnant de collaborer à sa création. Si notre trésor est bien dans la vie et la croissance de ce Royaume, alors notre cœur est heureux. Et pour empêcher que des voleurs et des mites ne viennent tuer ce don, nous saurons être ces personnes fraternelles qui veillent avec soin à ce Royaume, en tenue de service, jusqu’à ce que le maître, à son retour de noces, vienne parachever ce don immense. Être de bons veilleurs, c’est être liés les uns aux autres par des liens de charité. La charité est le seul rempart à la violence et à tous les abus qui menacent ce Royaume. 
J’aime faire de la permaculture. J’y apprend que tout est lié. Les petits ont besoin de la protection des forts et les forts ont aussi besoin des faibles pour n’être pas tout puissants, pour exercer leurs dons au service de ce Royaume où, du ver de terre au plan de tomate ou de potimarron, du prisonnier au président, du malade à celui qui le soigne, chacun est appelé à trouver sa juste place, les uns au service des autres. Comme aumônier de prison, comme ingénieur Travaux publics, j’aime faire le pont entre des mondes qui s’ignorent, entre des personnes détenues et d’autres, y compris jusqu’aux responsables de notre société. 
C’est bien en favorisant tous ces liens que ce Royaume prendra peu à peu forme. Et lorsque le Maître reviendra, il trouvera toute personne, de plus grand au plus petit, du plus fort au plus faible, reliée par des liens de fraternité. Oui, tout est lié.

« Tout est fragile » enfin. Dans la parabole de l’Évangile, le maître tarde à venir. Les serviteurs que nous sommes peuvent s’approprier ce don et devenir les tyrans dont je parlais à l’instant, en éliminant les plus fragiles. Intégrer les personnes fragiles est pourtant un des signes majeurs du Royaume. 
Au quotidien, nous faisons l’expérience que le mal est bien à l’œuvre. Mais nous croyons que le bien aura le dernier mot. Car la réponse de Dieu à notre mal est le don du Christ par amour, jusqu’à la croix. 
Notre existence est belle, mais qu’elle est fragile ! Les personnes âgées, handicapées ou malades nous le rappellent au quotidien ! Et cette fragilité, elle est confiée à ceux qui ont beaucoup reçu : il leur est beaucoup demandé et même davantage, pour protéger la vie si fragile de toute leur énergie, de toute leur foi.
Oui, tout est don : accueillons-le avec foi. Tout est lié : amplifions les liens de charité avec persévérance. Tout est fragile : protégeons la vie pour qu’elle soit féconde.
Comme ancien prof de maths, je voudrais conclure par l’équation évangélique de ma vie de franciscain : Persévérance + Confiance = Fécondité.
Persévérons en servant la vie qui vient de Dieu. Mettons toute notre confiance dans son amour qui nous relie. Nous serons alors émerveillés de l’immense fécondité de Dieu.

Vous pouvez télécharger l'homélie ICI.