Une solidité de roc

Le supermarché du religieux se vend bien. Jésus ne laisse pas indifférent. On se fabrique même des Jésus selon des centres d’intérêt personnels ou collectifs, selon les réponses que l’on attend de lui. Jésus moraliste, Jésus économiste, Jésus politique. C’est un peu comme si on cherchait à formater Jésus d’après un logiciel fabriqué par nous-mêmes.

Il y a quelque 2000 ans, à Césarée-de-Philippe, les disciples entendent Jésus les questionner au sujet de son identité : « le Fils de l’Homme qui est-il d’après ce que disent les hommes ? » Ils disent ce qu’ils ont entendu autour d’eux. Ils répondent avec les réponses des autres. Ils ne se sentent pas concernés. On dit que tu es « Jean-Baptiste, Elie, Jérémie ou l’un des prophètes ». Quelle est leur foi ? Quelle est leur relation à cet homme mystérieux, ce Fils de l’Homme qu’est Jésus ?

Alors, Jésus les provoque directement « Pour vous, qui suis-je ? » Simon-Pierre, l’impulsif et le leader du groupe répond « Tu es le Messie, le Fils du Dieu Vivant ! » Comment se fait-il que cet artisan pécheur ait formulé cette réponse ? Jésus complimente Simon-Pierre : « Heureux es-tu… ». En même temps, il fait comprendre à son apôtre que sa profession de foi ne vient pas de lui : Ce n’est pas toi qui as trouvé ça tout seul. « C’est mon Père qui est aux cieux qui te l’a révélé ! ».

Extraordinaire ! Surnaturel ! Les apparences sont dépassées. Simon-Pierre est au cœur à cœur avec le Fils de Dieu. Il est entraîné par Jésus-Christ au cœur à cœur avec Dieu le Père. Le Père de tous les hommes. Tous les humains sont dans la même filiation divine. Ils sont tous appelés à connaître Dieu comme Père pour vivre en frères et sœurs de Jésus. Pierre acquiert une solidité de roc. Il est changé pour transfigurer l’Humanité. Donner à l’Humanité un nouveau visage, un visage vraiment humain, fraternel et divin. Il n’est plus Simon, fils de Jonas, mais Pierre : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ».

Pierre se trouve dans un face à face avec « Celui qui es » et qui dira « Je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin des temps » (Math 28,20). Le soubassement de l’Eglise est cet homme avec son caractère, ses qualités, ses faiblesses, son amour brûlant pour l’Eglise et l’Humanité. Sa mission de serviteur des serviteurs traverse le temps et se continue à travers ses successeurs. Il reçoit les clés du Temple de l’Esprit. L’Eglise en est la porte dans le Christ. « Je suis la porte » (Jn 10,9) dit Jésus de Lui-même. « Jésus-Christ et l’Eglise, c’est tout un » a dit Jeanne d’Arc.

Pauvre Eglise. Heureuse Eglise. Elle chemine avec l’Humanité à travers les périodes de l’Histoire. Il y a des hauts et des bas, des joies et des peines. Il y a des péchés, des drames, des déchirures et des réconciliations. Il y a surtout de l’Espérance et de l’Amour pour  chaque personne qui désire s’ouvrir à l’avenir. Jésus annoncé par l’Eglise est un Jésus vivant. Il est ressuscité. Nous ne pouvons pas le formater. Nous ne pouvons pas l’emprisonner. C’est Lui qui ouvre nos prisons. Avec Lui, pas question de se draper dans l’anonymat d’un « on dit que tu es ». Il me questionne directement : « Pour toi, qui suis-je ? » Je suis invité à répondre personnellement.

Heureux sommes-nous si, à notre tour, chacun et tous ensemble, nous pouvons dire à Jésus : Jésus, tu es le Fils de l’Homme qui nous conduit à Dieu Notre Père et à nos frères. Tu es le Messie, le Fils de Dieu, le Verbe fait chair de la chair de Marie. Tu es le chemin, la vérité et la vie de ma vie. Adorer Dieu et servir nos frères se situe sur une seule et même trajectoire : la gloire de Dieu et l’homme vivant !