«Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant !»

«Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !»

Cette exclamation lumineuse de Pierre a traversé les siècles ! Cette foi qui donne sens à leur vie, les chrétiens la proclament depuis lors en tout temps et en tout lieu. De Clovis lors de son baptême en ce lieu où se dresse aujourd’hui cette cathédrale, jusqu’au pèlerin russe murmurant sa prière du coeur, en passant par la requête la plus cachée qui monte de nos assemblées. Les conciles et les catéchèses futures sont portés, lancés par cette première affirmation de Pierre, «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant». Que s’est-il passé ? Comment Pierre a-t-il pu dire le coeur de la foi ?

Certes Pierre a cherché. Les autres disciples se sont également interrogés : «Jésus qui est-il ? Les vents et la mer lui obéissent ?…» Perplexes au sujet de leur maître, les disciples de Jésus partagent à certaines heures l’opinion de leur entourage : «C’est Élie, Jérémie ou l’un des prophètes…» Réponses maladroites, inadaptées, insuffisantes qui les laissent insatisfaits… Ils cherchent.

L’heure vient, heure décisive, où Jésus lui-même les interroge : «Pour vous, qui suis-je ?» Jésus ne se contente plus de recevoir les opinions qui circulent à son propos. Sa demande touche les siens en leur profondeur. Heure capitale où le mystère, l’identité même de Jésus se laisse découvrir. Moment unique de la vie où tout dépend de la réponse de l’autre, de sa confiance en nous. Ici, Jésus se donne tout entier. Il est venu en ce monde pour manifester aux hommes le Père des miséricordes, son Père et notre Père. Alors ? Pour Pierre, pour chacun de nous qui est-il ?

Pierre a-t-il trouvé la vérité ? Non, il l’a reçue. Car ce ne peut être ni «la chair et le sang» comme dit Jésus, ni nos recherches – si nécessaires pourtant – qui, seules, peuvent aboutir. Non, c’est le Père qui révèle le mystère du Fils. Notre religion n’est pas fruit de notre imagination ou de nos esprits mais révélation de Dieu. Car l’Amour véritable se donne. A nous de le recevoir. Le Père seul met au coeur de Pierre le Souffle qui inspire et les mots qui expriment le mystère. Il en est toujours ainsi : quand le Fils nous interroge, en nous l’Esprit Saint répond si du moins notre coeur le laisse libre.

Pierre a tout dit. Cette heure est unique. Par la bouche de Pierre, l’Église commence à parler. Il en est ainsi des heures décisives de nos vies. Lors d’une épreuve, d’un bonheur enfin reçu, d’une conversation ou d’une prière, une lumière jaillit en notre coeur. Voilà que des mots neufs montent sur nos lèvres. Dieu nous révèle son nom. Oh ! Depuis longtemps nous nous adressions à lui. Soudain, par la grâce de Dieu, ces mêmes mots prennent une réalité, une profondeur, une densité jamais perçues. Les fiancés le comprennent bien. Un jour ils s’appellent l’un l’autre par leur prénom. Et tout est dit ! Leur amour est né pour l’éternité.

L’heure est venue. Permettez-moi de vous demander : aujourd’hui, comment appelez-vous le Seigneur ? Pierre a dit : «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !» , Paul proclame : «Ma vie, c’est le Christ !», Marie-Madeleine s’exclame : «Tu es mon Bien-Aimé !» Et vous-mêmes, peut-être dites-vous : «Tu es ma vie, mon espérance ! » Ou simplement : « Jésus, mon sauveur !» Cela, c’est votre secret. Sachez seulement que si jaillissent en vos coeurs des mots pleins de lumière, si vous les recevez comme un don du Père, c’est que votre lien avec Jésus est fort, solide, personnel, unique. Par l’Esprit Saint ce lien est vrai. Le Seigneur est vivant pour vous. Il a pour vous un visage, lui pour qui vous avez tant de prix.

Pierre a confessé la foi. Immédiatement, Jésus lui confie la charge de l’Église. Lorsque nous aussi nous recevons de Dieu son nom, nous avons la terre en partage, nous devenons responsables des autres. Ainsi Jésus donne à Pierre le pouvoir de lier et de délier, de libérer, d’élargir, de consoler, de reconstruire… Puissance de la vie de Dieu qui nous habite. Rien ne peut résister à cette vie. La mort même perd son pouvoir… car l’amour du Seigneur Jésus a été répandu en nos coeurs.

Références bibliques :

Référence des chants :