Je fais un don

"Dis-nous, Marie-Madeleine, qu’as-tu vu en chemin ?
J’ai vu le sépulcre du Christ vivant,
J’ai vu la gloire du Ressuscité,
J’ai vu les anges ses témoins."

Marie-Madeleine, la première apôtre, a vu. Ce fut ensuite au tour de Pierre, puis ce fut Jean qui "vit et crut". Le signe du tombeau vide nous fait entrer dans le Mystère pascal. Mais pour cela, il nous faut faire tout un cheminement spirituel. Comme les disciples, nous ne voyons pas que "d’après les Écritures, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts".

Certes, la résurrection du Christ est de l’ordre de la foi ; mais, comme un bon pédagogue, le Christ prépare nos cœurs.

Tout comme les pèlerins d’Emmaüs, il nous faut entrer dans le dessein d’amour du Père. La Résurrection est la réponse du Père au don d’amour de son Fils. À la croix, le Fils s’est abaissé par amour pour son Père et l’humanité ; c’est pourquoi le Père l’a exalté et rempli de gloire.

Fêter la résurrection du Christ, c’est annoncer aussi notre propre résurrection, "frères, vous êtes ressuscités avec le Christ" vient de nous rappeler saint Paul et il poursuit "quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire".

Mais, frères et sœurs, comment pouvons-nous dès maintenant rencontrer le Ressuscité ? Comment pouvons-nous voir le visage du Ressuscité ?

Cela peut être une expérience spirituelle personnelle : au cours d’une retraite, d’un pèlerinage, d’une écoute de la Parole de Dieu, au fond d’un désert ou en notre cœur ; nous découvrons que nous sommes habités par le Christ, le Vivant. Et cette présence se découvre sur nos visages qui portent le reflet resplendissant de la gloire du Père.

Mais nous pouvons aussi rencontrer le Ressuscité au cœur de l’Église. Que de rassemblements ont touché les cœurs des jeunes ; peut-être une prédication, une rencontre avec l’évêque, mais avant tout à travers les sacrements.

Je n’oublie pas que nous sommes dans ce sanctuaire de la miséricorde et de la tendresse de Dieu. Comme ancien recteur de cette basilique, je peux témoigner que nombre de pèlerins, et parfois des touristes devenus pèlerins, ont été touchés par la présence du Ressuscité.

Ici, il y a, depuis plus de 130 ans, l’émerveillement eucharistique. Ici nous contemplons et adorons le Christ dans sa Pâque.

Que de cœurs bouleversés par la miséricorde du Père, où ils découvrent le vrai visage, celui de la tendresse ; que de visages transfigurés par la lumière qui jaillit de la présence réelle, présence du Ressuscité.

Nous pouvons enfin rencontrer le Ressuscité à travers la charité. "Quand nous est-il arrivé de te voir affamé, assoiffé, étranger, nu, malade et prisonnier ? […] et le Roi de nous répondre […] dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait."

Nous comprenons tous pourquoi nos Pères dans la foi affirment que la charité transfigure. C’est l’Esprit du Ressuscité qui est à l’œuvre dans le cœur du plus faible comme dans celui qui vient à son aide.

Que de membres d’aumôneries d’hôpitaux et de prison me confient : "Je ne leur apporte rien, mais eux me comblent". Échange merveilleux où le Ressuscité apparaît sur ces visages souffrants, signes de cœurs très blessés. De telles rencontres nous transforment en profondeur et nous recevons comme un appel au plus profond de nous : "Veux-tu en être témoin ?"

"Il nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que Dieu l’a choisi comme juge des vivants et des morts."

Avec vos charismes, là où vous êtes, soyez des ressuscités ; soyez des êtres habités et contagieux. Laissez transparaître le Ressuscité. Là où la haine abonde, l’amour enfin surabonde ; la mort est vaincue, elle est désormais l’entrée dans la vie.

Oui, "que ton Esprit fasse de nous des hommes nouveaux pour que nous ressuscitions avec le Christ dans la lumière de la vie".

Amen

Références bibliques :

Référence des chants :