Je fais un don

On ne pouvait rêver d’un plus bel évangile pour ce dimanche de la Mission universelle, que celui que nous venons d’entendre. Car il résume magnifiquement ce qu’est la mission des chrétiens dans le monde.

Jésus répond à des gens qui veulent le mettre à l’épreuve, des gens qui ne sont pas bienveillants à son égard. Il leur explique que le plus grand commandement, celui qui résume toute la Bible, la Loi et les Prophètes, c’est le double commandement de l’amour de Dieu et du prochain.

L’amour que Jésus nous demande d’offrir à Dieu, n’est rien d’autre que la réponse à l’amour que son Père a accordé, depuis toujours, à chacun d’entre nous, avec une infinie tendresse. Cet amour, Jésus nous le révèle, et il ne dépend que de notre coeur de s’ouvrir à son message. Aujourd’hui, je prie pour que chacun de ceux qui m’écoutent ouvre l’oreille de son coeur à Dieu qui lui dit : « Je t’aime, et je veux ton bonheur ! Fais-moi confiance, écoute-moi, et tu vivras ! ».

L’amour du prochain, de celui qui est à nos côtés, n’est rien d’autre que la conséquence et, si j’ose dire, la vérification de notre amour pour Dieu. En effet, celui qui dit « J’aime Dieu » qu’il ne voit pas, et qui n’aime pas son frère qu’il voit, est un menteur.

L’amour pour le prochain se concrétise par la manière dont je me fais le prochain de celui qui est dans le besoin. La première lecture de notre messe décline de façon très précise des aspects essentiels de l’amour du prochain tel que Jésus l’entend :
. tu ne maltraiteras pas l’immigré qui réside chez toi,
. tu n’accableras pas la veuve et l’orphelin,
. tu n’agiras pas envers le pauvre comme un usurier.

Amour pour Dieu qui nous a tant aimés, amour de l’autre, Ce double commandement résume la mission de l’Église. Car elle est née pour cela : manifester l’amour de Dieu à toute l’humanité.

Si j’ose dire, Dieu n’a que nos mains pour partager la richesse du monde, par exemple aux victimes du tremblement de terre du Cachemire et des derniers ouragans des Caraïbes. Dieu n’a que nos jambes pour rendre visite aux malades et aux prisonniers, il n’a que notre toit pour accueillir le sans abri, il n’a que nos vêtements pour vêtir celui qui est nu ! Il n’a que notre présence pour rassurer celui qui vit dans l’insécurité. Il n’a que nos bras pour réconforter la famille et les collègues du pompier Georges Carême, mort en service commandé. Bref, Dieu n’a que notre coeur pour aimer les autres.

La mission, elle est en Guyane comme partout ailleurs. Nous chrétiens, nous sommes envoyés aimer les gens, vivre avec eux l’aventure de la fraternité et du souci des plus pauvres. C’est comme cela que nous révélons l’amour de Dieu.

Me sentir aimé de Dieu fait de moi un membre de la famille de Jésus. Cela fait de moi un disciple. Aller vers les autres pour les aimer, fait de moi un missionnaire du Christ. Je ne crois pas qu’il faille se contenter d’être un disciple. Chacun de nous est appelé à devenir un apôtre. Le chrétien confirmé a reçu l’Esprit pour devenir un missionnaire, en solidarité avec tous les missionnaires du monde.

La mission de l’Église continue la mission de Jésus. Lui, le premier missionnaire, le plus grand des missionnaires, il est passé dans ce monde en faisant le bien, en aimant les autres comme il aimait son Père. Il priait son Père tout le temps, mais ce n’était pas pour fuir les autres, c’était pour trouver la force d’aller à leur rencontre et de leur offrir son amour.

Sa vie toute entière manifestait la manière dont Dieu vient aimer. Et, j’en suis convaincu, chacun de ceux qui ont accueilli Jésus avec un coeur sincère a senti couler en lui l’amour du Père comme une pluie bienfaisante et vivifiante.

Et Jésus est allé au bout de l’amour. Il a donné sa vie, comme il l’avait dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ».

Il a fait encore plus. Du don de sa vie, il nous a laissé un signe immense : en prenant le pain et le vin, à la veille de mourir, et en en faisant le signe sacramentel de son corps crucifié et de son sang versé, il nous a donné l’Eucharistie qui nous rappelle constamment son offrande sur la croix et qui nous rassemble autour d’un pain unique et d’une même coupe. Jusqu’à la fin du monde !

Frères et soeurs ! En célébrant aujourd’hui l’Eucharistie, nous vivons déjà le résultat final de la mission : nous annonçons l’avenir de l’humanité rassemblée par le Christ et présentée au Père de toutes les miséricordes. En célébrant aujourd’hui l’Eucharistie, nous offrons à Dieu son Église pour qu’elle continue la mission d’amour qui lui a été confiée.

En célébrant aujourd’hui l’Eucharistie, nous prions pour tous les missionnaires, et nous répondons à l’appel de l’Église, offrant avec joie ce que nous pouvons donner pour qu’ils aient les moyens d’accomplir leur mission.

En célébrant aujourd’hui l’Eucharistie, chacun de nous s’engage à devenir, comme le Christ, un missionnaire de la charité de Dieu !

Références bibliques :

Référence des chants :