Je fais un don

Renversement de perspectives !

On interroge Jésus sur ce qui est permis à un homme – homme au masculin ! –. Il répond… mais Il le fait bibliquement… « homme ET femme ! »

On interroge Jésus sur les infidélités humaines. Il répond. Mais c’est… pour donner à contempler la fidélité de Dieu !
Adopter une telle position, pour Jésus, ce n’est pas un jeu. Ce n’est même pas d’abord une habile manière de faire face au piège tendu par des pharisiens. Pour Jésus, c’est un appel à la conversion, appel à une conversion nécessaire pour celles et ceux qui aspirent à marcher à sa suite.

Renversement de perspectives… appel à la conversion !
Appel à la conversion de nos tentations dominatrices (masculines ou autres !), avec les privilèges accordés à ceux qui sont réputés plus forts que les autres… personnes, groupes, peuples, continent.
Appel à la conversion de nos droits revendiqués au mépris de l’amour : « un mari a-t-il le droit de renvoyer sa femme ? »

Appel à la conversion des passe-droits que nous nous accordons à nous-mêmes en rupture avec nos promesses…

Appel à la conversion de nos jugements étriqués, ceux-là mêmes qui érigent nos personnes comme nos communautés ecclésiales en maîtres, là même où nous sommes appelés à emboîter le pas au Christ serviteur, jugements étriqués qui nous interdisent d’être alors, en Église, témoins de l’exigeante miséricorde de Dieu : « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »

Autre renversement de perspective dans l’évangile de ce jour ! Autre appel à la conversion ! On dit à Jésus que les enfants doivent être mis de côté… et, Lui, il les place au centre. « Qui n’accueille pas le Royaume de Dieu comme un enfant, n’y entrera pas. »

Regardez les enfants ! Un enfant, s’il n’est pas trop vite abîmé, vieilli par la vie, ouvre tout grands les yeux sur les réalités les plus simples pour s’émerveiller. Ainsi, en ce début d’automne : « Regarde, Papa, la feuille qui tombe ».
Un enfant, s’il n’est pas trop vite blessé par l’infidélité, fait simplement confiance aux grands qui l’entourent. Seuls, en effet les petits savent reconnaître que d’autres sont des « grands ».

Un enfant, s’il n’est pas trop vite endurci, vieilli par la vie, se met à pleurer quand il voit d’autres souffrir. On voudrait, un exemple parmi d’autres,… on voudrait aujourd’hui nous faire croire qu’il suffit d’atteindre un certain âge (en clair, ne plus être des enfants !) pour pouvoir, sans dommage, regarder des films interdits au moins de…, avec un cœur alors suffisamment endurci, et d’avoir la prétention de ne plus être touché par la pornographie, la haine ou la violence déferlante sur les écrans. Peut-être de tels propos seront jugés quelque peu ringards, mais je crains fort alors que, quand nous ne nous interdisons pas de tels films, quel que soit notre âge, ce soit une manière implicite de reconnaître que nous vieillissons mal, que nous nous déshumanisons. « … si vous ne changez et ne devenez comme les enfants. »

Dieu-fait-homme. Et il ne fait pas semblant. Il ne brûle pas les étapes. Dieu-fait-homme prend son temps. Il prend, sans raccourci, le chemin de l’histoire des hommes. Dieu-fait-homme commence, comme tous les hommes, par se donner à reconnaître dans le visage d’un enfant, d’un tout petit. Mystère que nous n’aurons jamais fini de comprendre tant il vient bousculer toutes nos représentations trop humaines, nos savantes rationalités.
Renversement de perspectives… appel à la conversion !
À la plupart des saintes et des saints, il a été reproché leur naïveté d’enfants quand ils ont osé entreprendre ce que des rationalités mal lucides n’osaient même plus imaginer. Si c’est vrai – et je le crois – ayons l’audace de demander, à quelques semaines de la Toussaint, la grâce de devenir, progressivement, des saintes, des saints ! Enfants, jeunes et adultes, hommes et femmes !

Références bibliques : Gn 2, 18-24 ; Ps 127 ; He 2, 9-11 ; Mc 10, 2-16

Référence des chants :

Pour tout ce qui concerne la liturgie et les chants,
veuillez vous adresser à
Père Paul Baillot, curé
5 rue de l’Abbé Chatelain
57950 MONTIGNY-LÈS-METZ