Je fais un don

Les Rois Mages sont enfin arrivés auprès de Jésus, après leur longue marche à l’étoile ! Leur foi, tenace dans l’obscurité, trouve enfin sa lumière. À travers ces trois étrangers, c’est l’humanité entière qui est là, réconciliée ; ce sont les nations, les races et les religions qui sont rassemblées pour s’émerveiller devant l’Enfant, le visage premier de la vie ! « Tombant à genoux, ils se prosternèrent devant l’Enfant. Ils ouvrirent leurs coffrets et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe » !

À travers leurs présents, c’est la splendeur de la terre et le génie des hommes qui affluent vers celui qui est le Dieu vivant et le Créateur. Avec le bœuf, l’âne et les chameaux, c’est l’humble peuple des bêtes qui s’en vient vers son petit Berger. Avec l’étoile, c’est le scintillement de tous les univers, visibles et invisibles, qui reflète la Lumière née de la Lumière. Noël, c’est la fête du monde entier, monde créé par l’amour de Dieu Père et re-créé dans l’amour de son Fils ! Un instant, l’Histoire, la grande histoire, semble se suspendre et durer infiniment dans l’amour !
Les santons de nos crèches provençales semblent figés ici pour l’éternité !

Et pourtant, là-bas, à Jérusalem, il y a un roi des Juifs, d’origine païenne, Hérode, qui fera bientôt couler le sang des petits enfants du peuple de Dieu en voulant faire disparaître celui qui menacerait son pouvoir. Marie et Joseph s’enfuiront avec l’Enfant devant la menace.

Et la même histoire, petite histoire des hommes entre eux, celle des puissants les uns contre les autres, continue aujourd’hui et menace toujours la paix du monde. Mais la grande histoire, celle du salut que l’Enfant-Dieu est venu apporter au monde, se poursuit : la victoire sur le mal est assurée par sa mort et sa résurrection ! Ainsi notre marche se vit dans l’espérance que la vie, qui vient de Dieu, l’emportera !
Et les santons se mettent alors en mouvement !

Voilà que les Rois Mages s’apprêtent à repartir ! Pour eux, la fête s’achève. Mais ils ne vont pas revenir vers le roi menaçant : « Ils repartirent vers leur pays par un autre chemin ! ». Leur histoire personnelle continue mais autrement, car désormais ils ont vu et connu la Lumière : elle est faite pour illuminer le monde entier !

Notre histoire, à nous aussi, se poursuit, après ces fêtes de Noël. Adieu les fêtes, adieu la couronne de carton doré, faite pour une royauté d’un jour ! Nous voici prêts à repartir ou déjà repartis : vers notre travail après des congés qui furent les bienvenus ; vers notre lieu d’habitation après un bon temps en nos lieux familiaux… Comme ce le fut pour moi, se disant : je n’oublie pas ceux et celles qui vivent dans l’isolement et qui n’ont pas de toit. Et voici de nouveau les jours ordinaires, ces 365 jours qui vont faire la nouvelle année ! Passé le jour de l’Épiphanie, le scintillement de Noël semble disparaître soudain. Il nous faut repartir, d’un bon pied et d’un bon pas. Il nous faut repartir comme les mages, qui retournèrent vers leur pays, mais « par un autre chemin ».

Si, aujourd’hui encore, nous rencontrons et adorons Jésus notre Sauveur, si nous lui offrons sincèrement notre existence, particulièrement cette année qui commence…, alors nous sommes prêts à repartir sur ce chemin encore inconnu que Dieu trace pour nous et qui nous mène tout droit à son Royaume de lumière et d’amour.
Tous ceux et celles qui rencontrent Jésus sont arrachés à leurs habitudes confortables et entraînés vers cet « autre chemin » que Dieu propose. Et je pense à nos jeunes qui ont fait, ces jours-ci, l’expérience de la rencontre européenne organisée par la communauté de Taizé à Zagreb. Et je pense à ces religieuses venues de l’Inde, de Madagascar ou du Vietnam qui témoignent parmi nous, à Digne, de l’empressement au service et du goût de l’adoration… Jésus, rencontré sur le chemin, change la couleur de la vie ! Il nous parle toujours de demain, des autres et de son Père du ciel. Impossible de s’enliser dans la routine quand on a rencontré cet Éveilleur !

Plus encore que le souvenir de la rencontre de Jésus, l’assurance de sa présence à nos côtés nous invite à repartir quand la fatigue se fait sentir, quand le dégoût envahit l’existence, quand le poids se fait trop lourd…
Puisque, depuis Noël, Dieu est avec nous, il nous faut nous mettre à suivre ses pas : le chemin qui va de sa Passion offerte pour nous à la Résurrection promise et déjà obtenue par son amour. Puisque, dans l’Eucharistie, Dieu est avec nous jusqu’à la fin des temps, nous pouvons repartir et marcher sur le chemin où lui-même, Jésus, Dieu parmi les hommes, a marché !

Nous sommes les santons d’aujourd’hui. Ne restons pas figés dans notre argile ! Mais, comme les Rois Mages, allons sur le chemin qui part de Jésus et va, avec lui, vers son Père !
Église de Digne, nous commençons une démarche diocésaine « pour un nouvel élan missionnaire » : comme les Rois Mages, partons ensemble, avec très grande joie, sur les chemins de Dieu qui sillonnent notre beau terroir, afin d’aller, à l’étoile, vers les autres et, avec eux, s’ils y consentent, vers la Lumière éternelle. Cette clarté s’est levée sur notre nuit ; elle nous précède chaque jour ; elle illumine les siècles et toutes les nations !

Références bibliques : Is 60, 1-6 ; Ps 71 ; Ep 3, 2-6 ; Mt 2, 1-12.

Référence des chants :