Aujourd’hui, nous avons un enseignement qui nous bouleverse. Aimer ses ennemis. Souhaiter et faire du bien à la personne qui me critique, qui est jalouse de moi. Essayer de recommencer une relation quand il y a séparation. Voilà des paroles dures, peut-être difficiles à vivre. La route que Jésus le Christ nous propose est un chemin d’humanisation, un chemin de vie évangélique. Jésus me demande de changer ma façon de vivre. Jésus me demande d’adopter un comportement spécial qui s’appuie sur l’amour de son Père, pour tout être humain. « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous détestent. »

Aimer celui qui me critique. Normalement je n’y arrive pas. Mais, parce que j’essaie de marcher à la suite de Jésus, je vais essayer de découvrir en l’autre la présence de Jésus. Alors tout change. Je vais essayer de refaire alliance avec lui. Ainsi à la critique, à la violence, je réponds par l’amour et je propose le pardon. Attention, le pardon n’est pas l’oubli. Il m’est impossible d’effacer ce qui vient de se passer. Je regarde le problème en face. Mais je veux recommencer à vivre avec toi. Es-tu d’accord ? Je ne peux aimer véritablement que dans une relation à l’autre.

Cette personne sourde, entendante, ou venant d’un autre pays, elle est différente de moi. Peut-être qu’elle me fait peur. Mais elle est créée à l’image de Dieu. Nous sommes frères en humanité, frères en Jésus. Je ne peux aimer que dans une relation, à l’Autre, qui est aussi le Père révélé en Jésus Christ, dans la communion de l’Esprit Saint. L’amour de Dieu est gratuit et sans limite. Aimer c’est donner à l’autre tout ce qu’il peut recevoir de moi, c’est-à-dire la dignité, le respect, la bonté, la vie. L’amour de Dieu nous fait ouvrir les yeux sur le monde.

Jésus nous dit : « À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre. » Après l’arrestation de Jésus, les gardes l’ont giflé. Qu’est-ce que Jésus a fait. Il a demandé des explications. « Si j’ai bien parlé pourquoi me frappes-tu ? » Il a brisé le cercle de la violence. À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. Offre toujours à l’autre une nouvelle possibilité de grandir, de vivre. Offre à l’autre un chemin de vie.

Ainsi, l’amour que Jésus le Christ nous propose est un chemin où l’homme est appelé à vivre comme une personne responsable. Jésus nous invite à faire taire en nous l’animal pour accéder véritablement à la stature humaine, à ce « Corps spirituel » dont nous parle saint Paul. De ce fait, nous avons à convertir en nous tout ce qui est germe de violence, de haine, de jugement, de domination. Depuis mon baptême je participe au Corps du Christ. Je suis porteur de Jésus le Christ. Je ne peux changer que si je laisse Jésus prendre en moi toute sa place. Alors seulement je deviens pleinement humain.

Pour Dieu, nous sommes à égalité, et celui qui veut être le plus grand sera votre serviteur. Jésus nous le montre clairement en lavant les pieds de tous ses disciples. Lui qui est Dieu, accepte d’être le serviteur des hommes. En définitive, Jésus le Christ nous renvoie à nos relations humaines, à nos relations familiales, nos relations professionnelles, à nos relations amicales. L’homme est invité à vivre ses relations à la manière de Jésus.

Au moment de rendre grâce et de célébrer son amour, demandons au Seigneur de nous éclairer de son Esprit, afin de nous attirer à faire, à voir les choses à sa manière. « Père, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. » En effet, la manière dont nous vivons avec notre entourage le plus immédiat, puis envers tout homme qui est notre prochain, témoigne de l’amour que nous avons les uns pour les autres et témoigne de l’amour que Dieu donne à chaque personne. Alors comment allons-nous vivre cette semaine ? Allons-nous faire une démarche d’amour ? Allons-nous essayer d’aimer nos ennemis ?

Références bibliques : 1S 26, 2-23 ; Ps 102 ; 1 Co 15, 45-49 ; Lc 6, 27-38

Référence des chants :