Je fais un don

Amis et frères aînés, voilà ce que les mages peuvent devenir pour nous. Cheminant avec eux, nous voulons nous aussi chercher l’étoile qui donnera à nos cœurs la vraie joie.

De ces mages nous ne connaissons presque rien : L’Évangile ne nous en dit ni le nombre, ni les noms, ni l’origine, mais seulement l’essentiel : leur vie, comme la nôtre, prendra son sens dans la découverte de la vraie lumière.
Que nous apprennent ces mages ?

Les mages nous apprennent à être attentifs aux signes de Dieu.
Dieu offre inlassablement des signes de sa présence. Discrets, ils respectent nos libertés. Humbles, ils peuvent être ignorés. Mais chacun relisant l’histoire de sa vie peut les reconnaître. Signes nombreux et variés de l’amour du Père, étoiles qui ont brillées pour nous, rencontres nous permettant d’accéder à la connaissance de l’amour du Père. Témoins du Christ, repères et compagnons de nos itinéraires de foi. Contempler ces étoiles qui constellent nos existences, c’est rentrer déjà dans la joie des mages.

Les mages nous apprennent à choisir face à la Vérité.
Poignante est cette page d’Évangile. La Vérité est là, dans un petit enfant, à porté de main, à porté de cœur. Hérode a rassemblé autour de lui ceux qui savent, « tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël… ». Il interroge. Ils répondent, citant l’Écriture. La réponse est claire. L’exultation devrait gagner tout Jérusalem. Mais face à la Parole de Dieu, à la vérité, chacun choisit.
– Hérode choisit de s’opposer à la vérité. Il va l’utiliser pour la combattre. C’est l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, pour asseoir ses intérêts terrestres. Choix mortifère qui aboutit au massacre des Innocents.
– Les prêtres et les scribes. Ils savent. Ils transmettent avec justesse et précision ce qu’enseigne la Parole. Mais ils ne bougent pas. Ne s’engagent pas. Ils ont choisis le confort de la seule connaissance intellectuelle.
 – Les mages, eux, acceptent d’être enseignés par d’autre, d’accueillir le cœur grand ouvert la Parole. Ils choisissent la confiance. Et l’obéissance à la Parole, humblement et joyeusement reçue, les conduits au Messie.

Avec les mages, ouvrir nos coffrets, offrir notre présent.
Les signes, la confiance en la Parole de Dieu ont mené les mages jusqu’auprès de l’enfant et de sa mère. Ils se prosternent. Ils adorent… ils ouvrent leurs coffrets, ils offrent leurs présents. Nous pourrions vite passer ces phrases apparemment anodines:
Ils ouvrirent leurs coffrets. Tant de choses en nos vies sont fermées à Dieu. Découvrir Jésus, comme les mages, c’est accepter de lui ouvrir notre existence, avec ses joies et ses peines, ses douleurs et ses espérances, ses réussites et ses échecs.
Ils lui offrirent leurs présents. Voilà le grand geste d’amour et de confiance que les mages nous proposent de vivre en ce matin. Le passé ? Il n’est plus. Le futur ? Il n’est pas encore là. Mais le présent, ce présent que je vis, là ou je suis, sur un lit d’hôpital ou en prison, dans ma maison, je peux de tout mon cœur te l’offrir. Te le donner. Pour, simplement être avec toi aujourd’hui. Alors, intérieurement comblés, comme les mages nous reprendrons la route, par des chemins peut-être inattendus, mais transformés par cette Révélation de la présence qui donne à notre vie saveur, joie et espérance. Amen.

Références bibliques : Is 60, 1-6 ; Ps 71 ; Ep 3, 2-3a.5-6 ; Mt 2, 1-12

Référence des chants : Liste des chants de la messe du 6 janvier à Saint-Astier