Que de fois j’ai entendu des personnes me dire : « Ma rencontre avec Dieu, c’est un vrai chemin de Damas ». Elles voulaient ainsi évoquer une conversion, un changement important lié à un événement décisif heureux ou malheureux ; c’étaient des catéchumènes, des « recommençants » jeunes ou moins jeunes, des personnes qui, un jour, avaient perçu intensément qu’elles avaient un nom pour Dieu et une mission pour les autres.

Avec elles, grâce à elles, j’ai mieux compris ces paroles de saint Paul dans la Lettre aux Philippiens : « Je m’élance pour tâcher de le saisir parce que j’ai été saisi moi-même par Jésus Christ » (3, 12).

« Saisi par Jésus Christ ». Alors qu’il était engagé dans un combat passionné qu’il croyait conforme au projet de son Dieu, Paul a été rejoint d’une manière soudaine et renversante par le Christ : « Je suis Jésus que tu persécutes ». « Jésus, le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu » contemplé par Étienne alors que Saul assistait à sa lapidation. Jésus, persécuté dans la personne de ses disciples.

Quelle révélation bouleversante ! Elle résiste à toutes les explications. C’est l’initiative de Dieu, la liberté de Dieu libérant la liberté de Paul. Écoutons Paul en témoigner : « Celui qui m’a mis à part dès le sein de ma mère et m’a appelé par sa grâce, a jugé bon de révéler en moi son Fils afin que je l’annonce parmi les païens » (Ga 1, 13-16).

Le chemin est ouvert…

Il s’est ouvert dans le cœur de Paul alors même qu’il persécutait « ceux de la Voie », les disciples de Celui qui a dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ».

Le chemin de la grâce au plus profond de son être ouvre aussi le chemin vers les Nations. Que lui dit Ananie ? : « Le Dieu de nos Pères t’a destiné à connaître sa volonté… Tu seras pour lui, devant tous les hommes, le témoin de ce que tu as vu et entendu ». « Devant tous les hommes » : Jésus le Crucifié ressuscité n’a-t-il pas dit aux onze Apôtres : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toutes les nations » ?

Ce qui compte le plus pour Paul, l’Apôtre des Nations, nous est dit dans ce qui est pour lui comme son testament : « Mon but, c’est de mener à bien ma course et le service que le Seigneur m’a confié : rendre témoignage à l’Évangile de la grâce de Dieu » (Ac 20, 24). Le chemin de Damas ne s’arrête pas à Damas : le chemin de la grâce est vraiment le chemin des nations.

Frères et sœurs, il nous est donné de le reconnaître et de le célébrer en cette « Fête des Peuples », à Saint-Laurent des Dervallières. L’amour sans mesure et sans frontières de Dieu est offert à toute l’humanité. Jésus-Christ est le seul visage que l’on puisse regarder sans cesser de voir tous les autres. C’est le monde entier qui est rendu témoin et participant de la gloire du Seigneur : elle met en lumière la richesse des diversités et nous appelle à nous accueillir, non seulement dans la joie d’une célébration mais dans le partage au quotidien. Vous m’avez aidé et vous m’aidez sans cesse à découvrir le sens profond et l’appel de ce passage de la lettre aux Éphésiens que nous lisons chaque année en la fête de l’Épiphanie : « La grâce que Dieu m’a donnée pour vous : par révélation, il m’a fait connaître le mystère du Christ… Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile » (Ep 3, 2 et sv.). Le partage de la même promesse est inséparablement pour nous grâce et mission.

Ce chemin, c’est aussi le nôtre.

L’Évangile vient à nous afin de se saisir de nos vies, de les entraîner sur les chemins du Christ. La Bonne Nouvelle de l’espérance est, dans chacun de nos itinéraires, service des hommes et louange de Dieu.

Il avait aussi parcouru un « chemin de Damas », ce jeune adulte qui allait être ordonné prêtre, après un parcours long et éprouvant. Ses amis lui disaient : « C’est extraordinaire ce que tu fais », et lui de répondre : « Non, ce n’est pas ce que je fais qui est extraordinaire, mais ce que Dieu accomplit dans ma vie et dans la vôtre ».

En cette année Saint-Paul, le diocèse de Nantes vit, après beaucoup d’autres diocèses, une année de l’Appel. L’invitation de l’Apôtre des Nations trouve en nous un écho particulier : « Que vous sachiez quelle espérance vous donne son appel » (Ep 1, 18). Espérer pour demain, c’est avant tout dire « oui » au projet d’amour de Dieu sur nous et sur le monde. Dieu nous fait témoins et participants de son amour pour les autres, au cœur même des incertitudes et des crises de notre société, au plus profond de notre prière pour l’unité des chrétiens, en chaque célébration de l’eucharistie. « Dieu donne à chacun en pensant à tous ». Laissons sa Parole se dire jusqu’au bout, jusqu’au bout de la route : elle est Lumière de la Vie, Pain de la Vie, Espérance pour tous les peuples.

chants

Moment

Cote

Titre

Paroles

Musique

Entrée

 

Peuple du Dieu vivant

Sr Marie Claire

J.C.Menoud

Pénitence

Y 29

Seigneur, prends pitié de nous

L. Guillou

L. Guillou

Gloria

 

Gloire à Dieu

Liturgie

G.Cole / communauté Emmanuel

Psaume

 

Psaume 116

 

M. Wackenheim

Alléluia

U 10-03

Alleluia Messe Soleil des Nations

M.Dazin

M.Dazin

Credo

       

P.U.

 

Par Jésus-Christ, ton serviteur

M.Scouarnec

M.Scouarnec

Offrande

 

Chant traditionel africain

   

Sanctus

AL 10-06

Saint le Seigneur Messe Soleil des Nations

AELF

M.Dazin

Anamnèse

 

Du Missel

   

Doxologie

AL 179

De Lourdes

Lécot

Lécot

Notre-Père

       

Agnus

AL 10-09

Agneau de Dieu Messe Soleil des Nations

AELF

M.Dazin

Communion

 

Devenez ce que vous recevez

Verbe de Vie

Verbe de Vie

Fin

 

Veille sur nous Sainte Marie

P. André Barthélemy

Cosma

Références bibliques : Jon 3, 1…10 ; Ps 24 ; 1Co 7, 29-31 ; Mc 1, 14-20

Référence des chants :