Je fais un don

Chers amis, chers frères et sœurs,

David a 21 ans, il est en prison depuis deux ans. Il a été baptisé le dernier jour  de l’octave de Pâques, le 30 avril. C’est dans ce lieu qui lui rappelle le mal commis qu’il a découvert le Christ. Ce temps de détention qui dure encore, qu’il qualifie de temps de traversée du désert et aussi de purification, a été le temps de sa préparation au baptême. Au cœur de sa nuit David découvre, découverte inouïe, qu’il est aimé de Dieu depuis toujours, prenant conscience qu’il a sans cesse cherché cette force de l’amour donné. Le désir d’être aimé est tellement fort et vital pour tout être humain.

Peut-être que des guetteurs ont manqué dans sa vie pour l’avertir devant sa conduite ? Peut-être étaient-ils là et ne les a-t-il pas entendus ou écoutés ? Ainsi y a-t-il une responsabilité partagée, rappelle Ezéchiel, dans le péché qui se répand et qui entraîne dans la mort. Mais si l’on doit prévenir, ce n’est pas simplement par devoir, mais d’abord par amour, à l’image de Dieu. Comme le Saint Curé d’Ars qui pleurait en avertissant sur les conduites mauvaises. Il était tellement peiné de voir tant de vies abîmées. Ainsi montrait-il tout naturellement combien il aimait ses paroissiens, tous ses paroissiens. C’est d’ailleurs cet amour qu’il leur témoignait qui a poussé beaucoup d’entre eux à changer de comportement. L’amour partagé invite à s’avertir les uns les autres. C’est la dette de l’amour mutuel, dont nous parle saint Paul, elle exige de se prévenir les uns les autres pour que le péché ne se répande pas et n’engloutisse pas la personne.

Nous sommes tous les témoins du péché de ceux qui nous entourent et nous en souffrons. Nous le voyons parfois mieux que notre propre péché. Rappelons-nous la parabole de la poutre et de la paille dans l’œil, celui de notre frère et le nôtre. Si nous aimons vraiment notre prochain, il nous faut lui révéler son péché. La correction fraternelle le demande. Dans l’Eglise-famille de Dieu, nous sommes sans cesse encouragés à vivre toutes les tentatives de réconciliation et de correction entre frères et sœurs.
Matthieu aujourd’hui nous propose quelques procédures et manières de faire. C’est en effet un contre-témoignage quand les chrétiens en viennent à étaler leurs conflits devant les juridictions étatiques. Le lien de l’amour fraternel, qui prend sa source dans l’amour de Dieu pour nous, contribue à défaire ce lien du péché. Car le seul lien destiné à demeurer dans le ciel, c’est bien celui de l’amour. Nous le savons par expérience, le combat contre le péché est souvent rude, et les dix commandements, paroles de vie que cite saint Paul, nous aident à en prendre conscience. Il est cependant l’expression forte de l’amour fraternel qui se déploie et accomplit la Loi. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L’accomplissement de la loi c’est l’Amour ».

Voilà donc, chers frères et sœurs, une manière d’aimer qui peut apparaître assez originale dans notre société d’aujourd’hui. Nous sommes en effet plus enclins à nous accommoder du péché qu’à le révéler, à le justifier qu’à le combattre, à le trouver naturel qu’à le rejeter. Le dénoncer est pourtant un devoir de chaque disciple du Christ et de la communauté chrétienne. Nous pouvons penser aux comportements qui touchent notre vie personnelle, mais n’oublions pas ceux qui touchent la vie ensemble : l’économie et le pouvoir anormal de l’argent, le pouvoir politique et parfois l’oubli du service de la cité, l’accueil de l’étranger et l’absence de partage, la famille et l’ignorance de la solitude.

Considérez la solitude, par exemple. Elle atteint beaucoup trop de personnes dans nos pays, et grâce à la Société de Saint-Vincent de Paul qui, avec d’autres, a contribué à nous alerter, elle a été déclarée cause nationale en France. Le prophète Ezéchiel manifeste le souci de nous avertir des conduites à abandonner. A tous et à chacun d’être attentifs à ceux qui, à son exemple, contribuent à nous alerter sur ce qui fait grandir l’amour fraternel.

Références bibliques : Ez 33, 7-9 ; Ps. 94 ; Rm 13, 8-10 ; Mt 18, 15-20

Référence des chants :