Je fais un don

Dans le nouveau bâtiment CapMissio que nous sommes en train de construire au service de la Pastorale étudiante, nous avons tenu à ce qu’il y ait une cheminée. J’aime beaucoup les veillées en hiver autour du feu. Avez-vous remarqué que bien souvent, les gens se parlent sans se regarder, car tout le monde est captivé par les flammes. Et pourtant, il y a dans ces discussions une qualité de communion rare. Essayez de parler ainsi, entre vous, devant un poste de télévision allumé, ça ne fonctionne pas !

Pendant ce temps de l’Avent, je vous invite à réfléchir sur ces deux questions : Comment mieux percevoir la flamme de la présence de Dieu en nous ? Et comment favoriser l’attention les uns aux autres ?

1)    Le temps de l’Avent est un temps privilégié pour percevoir la présence de Dieu en nous.
Cette année, le hasard du calendrier liturgique nous fait entrer dans la période de l’Avent par la neuvaine à l’Immaculée conception. Imaginons la Vierge Marie dans son dernier mois de grossesse : l’enfant est bien là, il bouge et Marie compte les jours qui précédent le moment où elle va le tenir dans ses bras. Nous devons entrer dans cette attitude de la Vierge Marie enceinte. Jésus est bien là dans nos vies, même si c’est d’une manière obscure. Nous devons nous recentrer sur cette présence et d’une certaine manière : « mettre notre main sur notre ventre spirituel », pour sentir Jésus bouger dans nos vies !

Oui mais, justement, me direz-vous, vous savez dans la foi que Jésus est présent dans votre vie, mais vous avez l’impression qu’il ne bouge pas, vous ne sentez pas sa présence. Je vous rassure tout de suite : Jésus n’est pas mort dans votre ventre, il est bien vivant ! Mais peut être que vous manquez de ce fameux liquide amniotique qui permet à l’enfant de se sentir aussi à l’aise que dans une piscine. C’est à nous de fournir ce liquide et nous savons comment faire : nous recentrer sur Dieu, éviter les distractions qui nous éloignent de Dieu, privilégier ce qui nourrit spirituellement, la Parole de Dieu, les livres édifiants, nous confesser…

Et puis surtout, nous devons prendre plus de temps pour la prière. Nous l’avons entendu dans l’Évangile : veillez donc car vous ne savez pas quand Jésus va revenir ! Oui, concrètement, prenons la décision de prier souvent le soir, de veiller, malgré le poids du jour. Bien souvent, nous sommes capables de veiller tard malgré la fatigue pour voir la fin d’un bon film, mais nous n’avons pas la même persévérance quand il s’agit de prier un peu plus le soir. Pourtant, je suis sûr que si nous faisons des efforts, nous sentirons Jésus bouger dans vos vies !

2)    Si nous sentons la présence de Jésus bouger en nous, il va nous faire bouger vers les autres.
La Vierge Marie, aussitôt enceinte, part visiter sa cousine Élisabeth. Nous aussi, pendant ce temps de l’Avent, allons vers les autres ! Peut-être que nous pouvons commencer par notre cercle familial en privilégiant ce qui favorise le dialogue et la communion. Par exemple, en éteignant la télévision quelques soirées pour privilégier le dialogue au coin du feu, ou faire une soirée de jeux de société, tout ce qui peut favoriser les moments de communion.

Au-delà de notre cercle familial, allons vers ceux qui sont seuls, notre voisin, notre voisine. Visitons les, invitons les chez nous !

Pour conclure, « veillez et priez », « veillez et dialoguez » ! Pour la semaine qui vient, je vous invite à établir deux listes : une liste personnelle de ce que nous pouvons faire pendant ce temps de l’Avent, pour mieux sentir Jésus bouger dans notre vie, et une autre liste, pour fixer dans l’agenda quelques soirées consacrées à la communion avec les autres. Si, comme le dit saint Paul, nous « tenons fermement jusqu’au bout », nos efforts pour veiller pendant tout le temps de l’Avent, nous recevrons un cadeau particulier dans notre cheminée la nuit de Noël : le cadeau d’un amour plus grand pour Dieu et pour les autres.

Références bibliques : Is 63, 16b-17.19b ; 64, 2b-7 ; Ps. 79 ; 1 Co 1, 3-9 ; Mc 13, 33-37

Référence des chants : Liste des chants de la messe du 30 novembre 2014 à Montpellier