Aujourd’hui, sur la place Saint-Pierre de Rome, le pape François canonise une religieuse française, Émilie de Villeneuve, et une palestinienne, Mariam de Bethleem. Cette petite arabe, contemporaine de Bernadette Soubirous, a eu une vie incroyable. Adolescente, elle est agressée par un proche de sa famille, fanatique musulman, qui veut la convertir de force. La gorge tranchée, elle est sauvée miraculeusement. Elle entre au Carmel de Pau à l’âge de 21 ans, reçoit les stigmates et vit une union au Christ extraordinaire, faite d’extases, de visions, de lévitations, de bilocations, de prophéties… En même temps, elle reste humble, obéissante, dévouée. Son message principal est de nous faire redécouvrir l’importance de la dévotion au Saint-Esprit. En ces quelques jours qui nous séparent de la Pentecôte, je vous propose donc de nous interroger sur la place que nous accordons au Saint-Esprit dans nos vies à partir des lectures de ce jour, et en suivant quelques indications de la toute nouvelle sainte Mariam.

 

1) La première lecture des Actes des Apôtres nous montre comment la première Église comptait sur l’intervention du Saint-Esprit. Pierre et toute la communauté prient l’Esprit Saint pour qu’il donne le discernement sur celui qui doit remplacer Judas. Lorsque Matthias est désigné, ils invoquent l’Esprit Saint sur lui pour qu’il reçoive la force de porter cette nouvelle charge. Aujourd’hui encore, l’Église prolonge cette tradition en chantant systématiquement le Veni Creator lors des ordinations sacerdotales.
Dans la seconde lecture, saint Jean nous invite à demeurer dans l’amour, l’amour envers Dieu et l’amour entre nous. Cela n’est possible que « si nous avons part à son Esprit ». L’Esprit Saint crée l’unité entre les disciples, l’Esprit Saint donne la joie, l’Esprit Saint nous pousse à aller vers les autres, tout en nous gardant du mauvais et de l’esprit du monde !

 

2) La nouvelle sainte Mariam nous invite à invoquer plus souvent l’Esprit Saint. En juin 1877, elle fait parvenir ce message au pape Pie IX : « Le monde et les communautés religieuses cherchent des nouveautés dans les dévotions et négligent la véritable dévotion au Saint-Esprit. C’est pour cela qu’il y a l’erreur, la désunion, et qu’il n’y a pas la paix et la lumière. On n’appelle pas la lumière comme elle devrait être appelée, et c’est elle qui fait connaître la Vérité. »
Faisons le point sur notre vie spirituelle : est-ce que nous-mêmes, nous invoquons souvent le Saint-Esprit ? Quotidiennement, nous nous adressons à Jésus, nous prions la Vierge Marie, ou tel Saint qui nous est familier, mais le Saint-Esprit, est ce que nous lui parlons chaque jour comme à un ami ?
Dans une vision, Jésus a dit à Mariam : « Quiconque invoquera le Saint-Esprit me cherchera et me trouvera… Je désire ardemment que les prêtres disent chaque mois une messe en l’honneur du Saint-Esprit. Quiconque la dira ou l’entendra sera honoré par le Saint-Esprit lui-même. Il aura la lumière, il aura la paix. Il guérira les malades. Il réveillera ceux qui dorment. »

« Réveiller ceux qui dorment ». Lors de la Pentecôte, l’Esprit Saint est descendu sur les hommes sous la forme de langues de feu. Notre vie spirituelle est-elle enflammée, ou bien notre foyer spirituel est-il comme un feu endormi sous les cendres ? Supplions l’Esprit Saint de souffler sur nous, pour que la flamme jaillisse de nouveau, que le Saint-Esprit ravive notre ferveur !

Quelques années après la supplique de Mariam, le pape Léon XIII a publié une encyclique pour encourager le culte de l’Esprit Saint. Il a demandé que dans toutes les églises paroissiales, cette année et les suivantes, une neuvaine soit faite avant la Pentecôte.

Nous en sommes déjà au troisième jour de la neuvaine, mais il n’est jamais trop tard pour « rattraper » l’Esprit Saint. Prions donc avec Marie, Notre Dame du Cénacle : « Viens Esprit-Saint nous visiter, viens éclairer l’âme de tes fils ! » Amen.

Références bibliques : Ac 1, 15-26 ; Ps. 102 ; 1 Jn 4, 11-16 ; Jn 17, 11b-19

Référence des chants : Liste des chants de la messe à Montfavet 17 mai 2015