Je fais un don

Nous vivons à une époque médiatique. Pour être bien vu, il faut correspondre à l’image publicitaire du moment en matière de mode, de mœurs, de choix de société. Se positionner dans l’opinion dominante.

Chrétiens catholiques, nous savons que nous n’avons pas à être comme tout le monde : nous appartenons au Christ. « Le mystère de notre religion, c’est le Christ. » (1 Tm 3, 16) Nous avons à être dans le monde sans être du monde. (cf Jn 17) Souvent il nous faut penser et agir à contre-courant de l’opinion générale marquée par l’individualisme et le subjectivisme. Nous devons affirmer la différence chrétienne.

Mais gardons-nous bien de nous comporter en pharisiens. Les pharisiens ne sont pas forcément des hypocrites. Ils sont enfermés sur eux-mêmes à partir d’une image qu’ils se donnent, une image de supériorité. Ils se drapent dans le commentaire de la loi religieuse avec la rigueur de la discipline morale. Mais ils méprisent les autres. Leurs propres traditions prennent le pas sur l’esprit de la loi et le sens profond de la foi. Gardons-nous bien aussi de nous prendre trop vite pour de « bons publicains », trafiquant des droits de passage en passe-droits et en impôts, se frappant la poitrine pour se dédouaner en conscience, mais ne changeant rien à leurs comportements et à leurs turpitudes. Ces « bons publicains » deviendraient vite des pharisiens à leur manière.

En réalité, il y a du pharisien et du publicain en nous. Chacun a tendance à faire briller la meilleure facette de lui-même et à se culpabiliser quand il n’arrive pas à changer son image dégradée pour retrouver l’apparence perdue. L’essentiel n’est point d’apparaître, mais d’être. Chacun de nous est appelé à être un enfant de Dieu « conforme à l’image de son Fils. » (Rm 8,29) Et Jésus est « l’image du Dieu invisible, premier né de toute créature, car en lui tout a été créé, dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles comme les invisibles. » (Col 1, 13 – 15 et 16)

Alors, il s’agit de laisser Jésus-crucifié-ressuscité prendre toute sa place en nous. En cette Année de la foi, retrouvons confiance en Dieu, en chacun de nous, en nous-même et dans les autres, comme Dieu le veut. Foi et confiance, c’est tout un. La confiance est appelée à être réciproque entre Dieu et nous, nous et Dieu. Dieu croit d’abord en l’homme pour que l’homme puisse croire en lui. La relation à Dieu « Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit » nous établit dans une relation filiale avec le Père. Au nom du Père ? Je suis donc son enfant par Jésus, avec lui et en lui.

La réussite humaine ne repose plus sur le succès apparent, même religieux, mais sur la relation d’amour dans la vérité, la justice, la liberté et la paix. Si tu te laisses guider par l’Esprit dans cette trajectoire, tu pourras t’aimer et « aimer ton prochain comme toi-même ». (cf Mt 22, 39) Tous tes péchés sont crucifiés sur le corps crucifié de Jésus. Sa résurrection devient ta résurrection. Tu as été pharisien. Comme tout le monde à un moment donné. Et puis tu te trouves à distance de ton image projetée. Tu te trouves publicain face à une faille, face à ton péché. De ton cœur jaillit un cri « Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis. » (Lc 18, 13) Sous le travail de l’Esprit, la porte s’ouvre parce que tu ouvres la porte. C’est ton cœur qui s’est ouvert parce que le cœur de Dieu s’est ouvert pour toi. Dieu entre. Tu rentres en toi, chez toi, « devenu juste » par Dieu.

Il n’y a plus de pharisien, ni de publicain. Il n’y a que toi, moi, les autres et nous en Dieu. Maintenant. Et si « par faiblesse je tombe quelquefois, qu’aussitôt votre divin regard purifie mon âme consumant toutes mes imperfections, comme le feu transforme toute chose en lui-même. » (Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus) « La prière du pauvre traverse les nuées. » (Ben Sirac le Sage 35-17) Que dans sa justice miséricordieuse, un jour, le Seigneur, le juge impartial, puisse nous remettre la récompense du vainqueur, « comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire. » (2 Tim. 4,8)

Références bibliques : Si 35, 12-14.16-18 ; Ps 33 ; 2 Tm 4, 6-8.16-18 ; Lc 18, 9-14

Référence des chants : Liste des chants de la messe à La Réunion 27.10.2013