Je fais un don

Que d’émotions ! Que d’émotions mes amis !

Imaginez l’émotion des apôtres, ce matin-là, sur la barque lorsque le Disciple Bien aimé a crié:  "C’est le Seigneur" !

La vie chrétienne ne manque pas d’émotion. Et C’est une bonne chose! L’émotion quand  non pas un simple petit guiliguili frétillant au bout du cœur! Quand elle est une véritable "mise en mouvement", (c’est le vrai sens du mot) Elle fait bouger les cœurs, elle fait bouger le peuple de Dieu, elle fait bouger le monde!

– C’est l’émotion des patriarches et des prophètes lorsque Dieu intervient dans leur vie…

– C’est l’émotion de la Vierge-Marie lors que l’ange lui annonce qu’elle sera la mère du Seigneur…

– A Pâques, c’est l’émotion de Marie-Madeleine tout en pleur le matin et celle des disciples d’Emmaüs le soir le cœur tout brûlant…

– Et depuis, dans l’église, que d’émotions !  A chaque fois (et ce n’est pas si rare) que l’éternité nous rend visite! C’est l’émotion des saints, l’émotion des amoureux, l’émotion des consacrés, l’émotion de tous ceux que le Seigneur appelle!!

– Ici même, en plein cœur de Paris, c’est l’émotion de la sœur Catherine Labouré lorsqu’un petit enfant la conduit dans la nuit jusqu’à cette chapelle ou l’attend la Vierge-Marie, pour lui montrer les grâces que son intercession obtient.

Mais ce que nous raconte surtout l’évangile de ce jour, ce sont les émotions successives de Simon-Pierre. Suivons-le: ce rude pêcheur de Galilée qui avait les pieds bien sur terre (enfin… "Sur la barque", et même, une fois, sur l’eau) avait le sens des réalités.

C’est lui qui a cette phrase si belle que nous venons d’entendre, peut-être sa devise épiscopale : « je vais à la pêche » ! Mais voilà, la pêche, encore une fois stérile, devient surabondante au matin quand intervient le Seigneur : une nouvelle pêche miraculeuse! " C’est le Seigneur"!

Sa 1ère émotion: l’émerveillement.  Pierre s’habille, il sait qu’il ne retournera pas en arrière, il ne reviendra pas a la pêche. (En tout cas pas celle-là!). Il se jette a l’eau… Une fois qu’il aura rejoint le Seigneur, il ne voudra plus le quitter.

2ème émotion, le bouleversement : lorsque Jésus rompt le pain, Simon-Pierre qui avait fui le sacrifice de la croix est bien la cette fois-ci pour recevoir le corps livré pour le salut du monde.

3ème émotion: (la plus personnelle, la plus intime, peut-être la plus profonde…) la consolation. Lorsque le pauvre disciple tout penaud entend le seigneur lui demander par 3 fois: "pierre est-ce que tu m’aimes?" Comme si il n’y avait que cela qui intéressait Jésus…!? Parce qu’il n’y a que ça qui l’intéresse! La Miséricorde divine répond a la misère humaine.

Enfin 4ème émotion: l’exaltation devant la mission unique et universelle que lui donne le Seigneur: tu ne sais pas ou cela te mèneras mais "sois le pasteur de mes brebis"…"suis moi!"

Frères, réjouissons-nous car ces mêmes émotions sont encore présentes dans nos vies et dans notre église a chaque fois que Dieu la visite. Ici même au pied de cet autel et dans le monde entier dans nos églises combien de millions d’hommes et de femmes font encore aujourd’hui l’expérience émouvante de cette rencontre avec Dieu ?

Pensons particulièrement ce matin au pape François, qui doit être ému d’entendre cet évangile qui le concerne désormais directement! Nous avons été touchés  par les événements qui ont entouré l’élection d’un nouveau pape.  Tant d’émotions!

Frères et sœurs, Nous savons que notre monde ne croit plus en rien, que beaucoup d’hommes et de femmes sont démotivés, « sans émotion »… Mais nous, parce que Dieu nous touche par sa présence, par le don de la Vierge-Marie, de l’eucharistie, de nos pasteurs…

Nous, nous savons que l’Eglise du Christ peut encore émouvoir les hommes, nos frères, et leur dire "c’est le Seigneur, il est vivant !, alléluia!" 

Références bibliques : Ac 5, 27b-32.40b-41 ; Ps 29 ; Ap 5, 11-14 ; Jn 21, 1-19

Référence des chants : Liste des chants de la messe du 140413 à Paris