Pierre, cher Simon-Pierre, comme il me tarde de te voir dans la gloire des saints ! Oui, comme il me tarde de te rencontrer, non pas pour m’agenouiller devant toi, ni même embrasser ton anneau épiscopal ! Non, je veux te voir, pour te prendre dans les bras car nous nous ressemblons !

Si j’avais été à ta place, lors de la Transfiguration, moi aussi, comme toi, j’aurais dit à Jésus : « Maître ! Il est bon que nous soyons ici, faisons trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, une pour Élie. » Comme toi, je voudrais tellement arrêter le temps, fixer l’image, faire une capture d’écran : garder pour toujours ton visage transfiguré, fixer pour l’éternité tes vêtements blancs éblouissants… Ne jamais quitter ce moment d’extase, ne jamais redescendre de la montagne, bref arrêter l’Évangile à ce moment de grâce, Jésus transfiguré. Mais, peut-être que comme Pierre, je ne sais pas ce que je dis !

Oui, je ne sais pas ce que je dis, et comme Pierre, je ne comprends pas vraiment qui est Jésus. Comme Pierre et les autres apôtres, je ne comprends pas ce que Jésus me dit lorsqu’il me parle de sa Passion qui approche, je ne comprends pas la présence de Moïse et d’Élie qui lui parle de son exode à Jérusalem… j’aimerais tellement capturer cet instant de gloire, mettre sous tente un Jésus propre et bien blanc, sans blessures et sans souillures ; net, impeccable… Bref un messie idéal, à ma façon !

Pierre ne savait pas ce qu’il disait, nous rapporte saint Luc ! Oui, Pierre comme toi, je suis appelé à la conversion, conversion du regard et du cœur, conversion de l’intelligence aussi ! Jésus n’est pas un produit qu’on met sous cellophane, Jésus, n’est pas un messie qui se laisse enfermer par mes visions limitées ! « Celui-ci est mon Fils, mon Élu, écoutez-le ! » La voix du Père qui retentit est le moteur de ma conversion : oui Jésus est l’Élu, celui dont Isaïe dit qu’il viendra annoncer l’Alliance nouvelle à toutes les nations, sans contrainte, sans violence et cela jusqu’à en souffrir…

Un Élu en contradiction avec tous les pouvoirs que les hommes se donnent ! Jésus transfiguré dans la gloire indique déjà la Passion, la Croix, l’échec… Comme Pierre, Jacques et Jean, il me faudra du temps pour convertir mon désir de mettre Jésus sous tente, du temps pour accepter ce qu’il est l’Élu de Dieu que ses propres amis abandonneront, mais qui sauve l’Univers ! Temps de conversion, temps de Carême, puisse la voix du Père aujourd’hui tourner nos regards vers le Christ tel qu’il est, vraiment… Amen.

Références bibliques : Livre de la Genèse, Chapitre 15, versets 5 à 18 ; Ps. 26 ; Ph 3, 17 – 4,1 ; Lc 9, 28-36

Référence des chants : Liste des chants de la messe du 21 février à Fontenay-sous-Bois