Je fais un don

Chers frères et sœurs, dans la liturgie d’aujourd’hui l’Écriture nous offre une très belle image de notre Dieu : « tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de fidélité » (Ex 34, 6). « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jn 3, 16). Dieu est une richesse ineffable d’amour, une réserve inépuisable de bonté et de communion. Il est notre soutien et notre forteresse. Il n’y a pas de raison d’être égoïste et méchant. Sans réserve, je peux me donner aux autres car ce Dieu rendra au centuple.

L’amour de Dieu est la raison de l’envoi du Fils unique. L’expression la plus élevée de la conversation entre Jésus et Nicodème se trouve dans ces paroles saisissantes : « Dieu a tant aimé le monde. » Ce n’est qu’au mystère de la Croix que nous pouvons apprendre que Dieu est amour, ainsi que la grandeur de cet amour. Dans la tradition dominicaine, le Christ en croix est le livre de l’amour dont Dieu nous a aimés. Saint Dominique atteste qu’il a étudié, plus qu’en tout autre, dans ce livre de la charité. Bienheureuse Osanna de Kotor, la tertiaire dominicaine du XVIe siècle, dont l’autel se trouve dans cette église de Dubrovnik, en témoigne aussi.

C’est dans la lumière de ce grand amour que doit se lire l’histoire de l’humanité dans sa totalité. La révélation de l’amour de Dieu est en même temps la révélation de la mission du Fils qui nous est donné. Il est venu pour nous sauver. Ce salut universel est offert à tous.

La communion d’amour qui unit les personnes divines devrait être reconnue dans la communion de tous ceux qui croient en Dieu trine. Saint Paul mentionne cinq conditions de la communion des chrétiens. Des chrétiens d’aujourd’hui aussi.
Tout d’abord, nous sommes appelés à la joie. « La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus », souligne le pape François dans son Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, et nous invite à une joie qui se renouvelle et se communique. C’est un appel à la véritable joie qui provient d’un cœur rempli de la foi et qui se manifeste en paroles et en actes. Le salut nous est donné par le Christ et de ce fait provient notre joie, la joie que nous voulons partager avec les autres.

Ensuite, saint Paul nous invite à chercher la perfection. De grandir en âge, en sagesse et en grâce pour toute la vie.

Dans les doutes et les souffrances, l’Apôtre nous invite à nous encourager mutuellement, à consoler et aider les uns les autres. Je ne mentionne que deux exemples. Le puits dans le cloître de notre couvent Saint-Dominique de Dubrovnik rappelle l’époque de la guerre patriotique, lorsque la ville fut assiégée, il y a plus de 20 ans, et les citoyens venaient y puiser de l’eau. Lors de violentes inondations d’il y a quelques semaines en Croatie, Bosnie-Herzégovine et Serbie, nous avons pu être témoins d’une grande solidarité de gens très sensibles à la souffrance des autres.

Dans un monde déchiré, les chrétiens sont invités à être d’accord entre eux, à témoigner de leur appartenance évangélisatrice. Le pape François rappelle dans l’exhortation apostolique : « En cette époque précisément, et aussi là où se trouve un ”petit troupeau”, les disciples du Seigneur sont appelés à vivre comme une communauté qui soit le sel de la terre et lumière du monde… Ne nous laissons pas voler la communauté ! » (EG, 92)

Enfin, saint Paul souligne l’importance de garder la paix. La paix dans nos cœurs, dans nos vies, dans nos communautés et dans le monde entier. Cette paix n’est pas un silence imposé mais une parole qui édifie et unit.

Si nous croyons, si la joie provient de notre foi, si nous cherchons la perfection, si nous nous encourageons les uns les autres, si nous vivons en communion et gardons la paix, « le Dieu d’amour et de paix sera avec nous ». Avec nous, tous seront « la grâce de Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint ». Nous ferons l’expérience que Dieu trine sera avec nous. C’est lui qui illumine les ténèbres de notre vie.

Références bibliques : Ex 34, 4b-6.8-9 ; Cantique à Daniel 3 ; 2 Co 13, 11-13 ; Jn 3, 16-18

Référence des chants : Liste des chants de la messe à Dubrovnik le 15 juin 2014