Frères et sœurs, encore une fois, nous voilà troublés par les paroles de Jésus. On vient le voir pour lui poser l’éternelle question : « Pourquoi tous ces malheurs ? » Mais Jésus nous entraîne plus loin. Il veut que nous prenions notre sort en main. Et il commence à nous dire de ne pas nous croire moins pécheurs que ceux dont nous pensons qu’ils subiraient les conséquences de leur péché. Jésus répond par ce leitmotiv : « Si vous ne vous convertissez pas vous mourrez comme eux. »

Chaque année nous sommes appelés à nous convertir, mais à quoi bon ? « Si vous ne vous convertissez pas, dit Jésus, vous périrez tous comme eux ». C’est un « changement de direction » que le Seigneur veut pour nous. Que nous puissions prendre pleinement nos vies à bras le corps, pour être ce que nous sommes : des hommes et des femmes à l’image et à la ressemblance de Dieu. Mais au fond, nous sommes bien convaincus que nous ne sommes pas moins pécheur que tous ceux qui vivent des malheurs ! Bien au contraire ! Et c’est pour cela qu’il est temps pour nous de nous convertir.

Il ne s’agit pas tant de changer de vie que de vivre pleinement la vie que je suis appelé à vivre. Ces choix que je pose en toute liberté, le Seigneur me laisse la responsabilité de les prendre. Peut-être seront-ils mauvais ? Espérons qu’ils seront bons… Mais je dois faire des choix, c’est ce qui me fait avancer dans la vie : avancer sous le regard aimant et patient de Dieu qui se donne à voir derrière le maître de la vigne. Et je découvrirai que je reçois tout de sa bonté… Le changement de direction, c’est d’abord pour moi qu’il est important. La conversion, c’est pour mon Bien ! Égoïstement, si je puis dire : Grandir et accueillir, rien de moins que la vie de Dieu. Lorsque j’étais scout, mon chef nous disait souvent : «  Ceux qui ne font rien, ne font jamais d’erreur. Mais toute leur vie en est une. »

Jésus insiste. « Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière. » C’est un retour que le Seigneur veut pour nous. Une renaissance. C’est pour cela, par exemple, que le temps du Carême est aussi un temps liturgique important pour les catéchumènes. Un temps où je suis appelé à faire un retour aux sources : retrouver ma filiation à Dieu. Une renaissance ! N’est-ce pas cela que vous vivez ici, chers retraitants, au centre spirituel de Manrèse ? Vous prenez le temps de vous arrêter et de relire votre vie, à l’ombre de la Parole de Dieu. Est-ce cela que vous vivez, vous aussi, chers téléspectateurs, quand le dimanche vous suivez les émissions du Jour du Seigneur et accueillez la messe ?

Une chose est certaine : nous commençons à renaître d’abord en découvrant que nos vies ne sont pas parfaites. J’entends saint Paul nous dire : « Ainsi donc, celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber. » Vais-je reconnaître que je suis peut-être cet homme-là ? C’est alors que je découvre que je suis tombé depuis bien longtemps et que le seul à pouvoir me relever, c’est le Seigneur !

Frères et sœurs, je crois que par son leitmotiv, Jésus nous demande de prendre toute la mesure de notre vie. Comprendre ce qu’elle vaut. Il nous incite à nous convertir pour que nous puissions comprendre que dans quelques semaines il va donner sa Vie. Il insiste pour que nous nous convertissions afin qu’un jour nous puissions donner Notre vie.

Frères et sœurs, en entendant cela, pourrions-nous prendre le Carême à la légère ? Prenons au sérieux ce que Jésus nous demande et « Convertissons-nous ! » Nous laisserons-nous relever par notre Dieu dans le sacrement du pardon ? Chercherons-nous avec lui, dans la prière, les moyens de changer de direction ? Vais-je reconnaître en ma vie tous les bienfaits que le Seigneur me donne ? Écoutez… Je l’entends souffler à nos oreilles : reviens à moi, tu ne périras pas ! Amen.

Références bibliques : Ex 3, 1-8a.10.13-15 ; Ps 102 ; 1 Co 10, 1-6.10-12 ; Lc 13, 1-9

Référence des chants : Liste des chants de la messe du 030313 à Clamart