Je fais un don

Chers frères et sœurs, chers téléspectateurs, en ce premier dimanche de Carême, nous sommes invités à entrer dans le combat spirituel. Car la tentation est un combat. Pas seulement une attirance vers des choses qui seraient mauvaises, mais un combat contre le Tentateur. Comme le Christ au désert, nous ne combattons pas… pour combattre ; pas non plus… pour perdre, mais pour vaincre ! Le but de notre Carême et des efforts que nous accomplirons par amour, c’est que la victoire de Jésus Christ devienne aussi la nôtre.

L’homme, Adam, s’était laissé vaincre par la tentation. Par sa défaite, le péché et la mort sont entrés dans le monde. Mais le Fils de Dieu s’est fait homme. Il est sorti victorieux de la tentation, pour que nous ayons la victoire en lui !

De quelles tentations s’agit-il et quelles armes employer pour vaincre ?

• Le Tentateur dit d’abord à Jésus : « Ordonne à cette pierre de devenir du pain ». C’est la tentation de chercher notre « nourriture » uniquement dans les biens visibles et sensibles. De chercher notre plénitude dans la possession, la consommation, le confort, la jouissance et le profit immédiats. Mais nous laisser prendre dans ce tourbillon nous laisse le cœur insatisfait… Avons-nous faim de la Parole de Dieu ? Pendant le Carême, nous sommes invités à vivre le jeûne : nous pourrions éteindre la télévision ou l’ordinateur et allumer la Parole de Dieu ! Le soir, avant de dormir, lire en famille une histoire de la Bible… Par le moyen du jeûne et nourris par la Parole de Dieu, nous entrons dans la victoire du Christ !

• Puis le Tentateur dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas… Les anges te garderont… » C’est la tentation de l’orgueil, de la présomption. De se croire quelqu’un de si important, que Dieu serait obligé de faire notre propre volonté… Par exemple, j’ai un comportement « à risque » et je demande à Dieu de me protéger pour qu’il ne m’arrive rien… Nous avons tous un peu en nous cette ambiguïté… Pendant le Carême, nous sommes invités à entrer dans une prière plus ajustée ; avec le Christ, nous choisissons de ne pas mettre notre Dieu à l’épreuve. Nous disons plutôt à notre Père : « que ta volonté soit faite ». En communion avec nos frères malades ou âgés, nous allumons la flamme de la prière. En résistant à la tentation de l’orgueil, nous entrons dans la victoire du Christ !

• Enfin, le Tentateur fait miroiter aux yeux de Jésus la gloire des royaumes de la terre. C’est la tentation du pouvoir. De chercher le succès, la gloire, la supériorité sur les autres… Au risque de nous perdre ! Mais Jésus démasque le Tentateur : « Arrière, Satan ! Oui, le vrai Dieu qui rend libre est le seul digne d’être adoré. Pendant le Carême, l’aumône, ou disons encore le partage, nous aide à nous décentrer de nous-mêmes et à servir plutôt qu’à être servis. Notre partage désintéressé manifeste que nous ne cherchons pas à briller nous-mêmes. La lumière que nous désirons, c’est la gloire du Royaume de Dieu. En ouvrant notre cœur par le partage, nous entrons dans la victoire du Christ !

Chers frères et sœurs, chers téléspectateurs, je vous souhaite un bon temps de Carême.
Avec les armes que Dieu nous donne :
• le jeûne et la Parole de Dieu,
• la prière
• et le partage.
Et par la force du Saint-Esprit, que la victoire du Christ sur le Tentateur devienne aussi la nôtre. Amen.

Références bibliques : Gn 2, 7-9 ; Ps. 50 ; Rm 5, 12-19 ; Mt 4, 1-11

Référence des chants :