Evangile Jn 21, 1-14

Alors qu’il commence sa mission, le Seigneur s’impose sur une barque de pêcheurs qui ont peiné toute la nuit sans rien prendre. Il leur ordonne de jeter les filets qui se remplissent - au point de se déchirer. Trois ans plus tard, quand « tout fut accompli », le ressuscité apparaît à ses disciples – le soir de la résurrection, - le huitième jour à nouveau ; ils ne le reconnaissent pas. Une troisième fois, Il leur apparaît, alors qu’ils viennent de pêcher toute la nuit sans rien prendre. Comme lors de la première rencontre, il suggère de jeter les filets – qui - comme la première fois se remplissent - mais cette fois - ne se déchirent pas. Simon, devenu Pierre, se jette à l’eau, peut-être par pudeur car il était nu, peut-être aussi parce qu’il est encore une fois effrayé, malgré tout ce dont il a été le témoin pendant trois ans. Mais il remonte sur la barque et tire le filet qui compte 153 poissons. Ces poissons représentent dans une symbolique biblique - la plénitude des 17 nations ç’est à dire l’universalité du genre humain, voire de la création toute entière. Pierre actualise l’annonce que lui a faite le Seigneur lors de la première rencontre – « tu seras pêcheur d’hommes ». Avec Pierre, tous les disciples – maintenant apôtres - sont devenus pêcheurs d’hommes, pour les amener au port de la rédemption, du salut – le Christ - qui dit à tous comme il a dit à ses disciples : « venez manger », car Il est le Pain de vie.
 

Recevez chaque
semaine vos newsletters :