Je fais un don

« Avez-vous déjà rencontré Jésus Ressuscité ? Oui ? Non ?!

Si c’est « Non », pourquoi ? Parce que vous en auriez le souvenir ! C’est vrai, mais peut-être, ne l’avez-vous pas reconnu, tout simplement. Ceux qui l’on vu, même les plus proches, ne l’ont pas reconnu tout de suite. Il a dû se faire voir par des signes… Marie Madeleine n’a compris que lorsqu’il l’a appelée « Marie ! » Les disciples d’Emmaüs ont fait route avec lui et ne l’ont reconnu qu’au partage du pain. Sur le lac de Galilée, c’est une pêche miraculeuse qui a montré aux disciples qui les attendait sur le rivage… Beaucoup sont comme Philippe : « Il y a si longtemps qu’ils sont avec lui et ils ne le connaissent pas ! » Alors ! Avez-vous déjà rencontré Jésus ?

Oui ?! Peut-être ?! « Peut-être » parce que vous avez vu des signes. Et ces signes d’aujourd’hui, qui sont les mêmes qu’hier, personne ne peut « les rater ». Depuis 2000 ans, des femmes et des hommes sont appelés par leur nom, le partage du pain est célébré, des pécheurs d’hommes ramènent des filets bien remplis sur le rivage du Seigneur. Oui, les œuvres accomplies par la communauté des disciples sont les mêmes que celles du Maître ! L’Église perpétue les signes de la présence du Ressuscité. L’Église : son Pape et ses évêques qui sont au service de la Parole ; ses prêtres qui célèbrent l’eucharistie ; ses diacres, députés aux services les plus matériels ; ses religieuses et religieux qui jettent les filets de l’amour dans le monde et ses innombrables fidèles qui appellent leur frère par leur nom… L’Église, c’est le corps hiérarchisé, organisé, qui accompli les œuvres du Père, par le Fils ressuscité. L’apôtre dit : « La race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis… » Alors ! Avez-vous donc déjà rencontré le Ressuscité ?!

C’est « Oui » cette fois ?! Ou plutôt « Oui mais… » Ce n’est pas évident d’admettre que cette communauté humaine, qui s’est constituée à travers les tribulations de l’histoire, est le corps glorieux de celui qui assis auprès du Père ! Le signe est-il pertinent, signifiant, compréhensible ? N’est-il pas à la fois trop médiocre pour manifester des mystères aussi glorieux et trop compliqué pour laisser transparaître la beauté du Ressuscité ? Oui !… Et Non !

En fait, en laissant à ses fidèles, dont il connait parfaitement les limites, le soin d’être dans le monde « les pierres vivantes du temple spirituel », Jésus prend un risque calculé ! Le même risque qu’il prit en s’incarnant, en enseignant dans le temple, en guérissant les malades ou en mourant sur la croix. Les hommes n’ont « pas cru qu’il est dans le Père et que le Père est en lui ». Il a été méconnu, critiqué, renié. Mais certains l’ont reconnu !
Une jeune catéchumène, regrettant sa vie passée loin de Dieu, me demande un jour, en pleine rue, « pourquoi le Seigneur reste-t-il invisible ? S’il se montrait, tout le monde le verrait et le suivrait ! » Nous sortions d’une grande célébration. Je lui montre alors la flèche de la cathédrale, les fidèles et les prêtres se répandant dans la rue, puis l’entrée d’une petite école chrétienne, enfin je lève les yeux vers une croix dressée là depuis sept siècles au pied de laquelle nous étions… « Et ça ?! Et ça ?! Et ça ?! Tu trouves que le Seigneur est discret ?! » Et la jeune fille me dit : « C’est vrai, je n’avais pas vu. »

Voilà ! L’Église est « le Chemin, la Vérité et la Vie », puisque l’Esprit du Seigneur vit en elle. Mais beaucoup passent encore à côté d’elle sans le voir… mais ça viendra ! Alors, maintenant écoutez bien votre cœur… N’avez-vous pas déjà rencontré Jésus Ressuscité ?

Références bibliques : Ac 6, 1-7 ; Ps. 32 ; 1 P 2, 4-9 ; Jn 14, 1-12

Référence des chants : Liste des chants de la messe à Arradon 18 mai 2014