Je fais un don

Nous venons d’entendre l’Évangile, le dialogue entre Jésus et Simon. Le texte repose sur le jeu de mots entre un rocher que Jésus voit dans les environs, et son disciple Pierre.
  On peut se demander pourquoi Jésus dit à Pierre : " Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église". La réponse est simple, c’est parce que Pierre est le premier disciple à reconnaître l’identité de Jésus et à exprimer sa foi, sa confiance en lui.
  Jésus a demandé à ses disciples : " Pour vous, qui suis-je ?" et Pierre, le premier, répond : " Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant". Pierre, pour Jésus, devient par sa foi une pierre vivante sur laquelle il va pouvoir fonder son Église.
  La foi de Pierre sera éprouvée. Il passera par des moments de doute, d’abandon, mais Jésus ressuscité lui manifestera son pardon et lui confiera son Église.
  Notre foi repose sur le témoignage de foi de l’apôtre Pierre et celui de tous les apôtres qui ont connu Jésus, écouté ses enseignements. Ils ont été témoins de sa mort et de sa résurrection, et nous ont transmis les Évangiles qui nous permettent de connaître Jésus et de pouvoir nous aussi proclamer notre foi.

Dans une lettre qu’il a écrite aux nouveaux baptisés, après la résurrection de Jésus, Pierre leur révélait leur vocation et leur mission.
  " Vous aussi, soyez des pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel".
  Vous, chers jeunes qui êtes présents ce matin dans cette basilique, vous qui m’écoutez à la télévision, vous êtes appelés à devenir des pierres vivantes de l’Eglise.
  Comment ?
  En regardant Pierre dans l’Évangile d’aujourd’hui. En réponse a sa confession de foi, Jésus lui a dit " Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise".

?

A la suite de l’apôtre Pierre, vous pouvez vous aussi devenir des pierres vivantes de l’Eglise en confessant votre foi en Jésus-Christ.
  Dans le monde d’aujourd’hui, il n’est pas toujours facile d’affirmer sa foi en famille, dans vos établissements scolaires, ou pour ceux qui travaillent, dans leur bureau ou leur usine.
  Mais cette situation peut devenir une chance : nous sommes conduits à devenir croyants en Jésus par une décision personnelle et libre. Chacun est invité à répondre à la question que Jésus a posée à ses disciples : "Pour vous, qui suis-je ? Pour toi, qui suis-je ?"
 Le christianisme n’est pas un système de pensée, mais l’adhésion de foi à une personne vivante, celui que Pierre a connu et rencontré, et qu’il a nommé en premier "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant".

Pour grandir dans la foi, nous sommes invités à vivre une relation personnelle avec Jésus dans la prière. Non pas en nous adressant à lui au passé et à la troisième personne du singulier
   "il est passé en faisant le bien,
 il a été proche des petits et des pauvres".

Nous sommes invités comme Pierre à nous adresser à lui comme on parle à un ami, à la deuxième personne du singulier :
  " Jésus, je crois en toi.
 Tu es mon ami, mon Sauveur et mon Dieu.
 Tu es ma joie et mon bonheur, ma lumière."

Dans la prière, et en méditant l’ Évangile un peu chaque jour, se crée entre Jésus et nous une alliance, une amitié qui illumine notre coeur et notre vie. Comme le dit Saint Jérôme, si nous voulons connaître Jésus, il faut connaître lesÉvangiles.

?

Nous pouvons le prier personnellement, mais la foi ne se vit pas seulement d’une manière individuelle. Elle se vit aussi ensemble, à plusieurs en Église.

Chers amis, votre foi grandit quand vous vous retrouvez en équipe pour partager, pour faire la fête, pour prendre un repas ensemble, pour prier et célébrer l’Eucharistie comme aujourd’hui.

Une foi qui ne se partage pas avec d’autres s’étiole. Nous avons tous besoin de nous retrouver tous ensemble pour confesser notre foi en Église. Sinon, nous nous laissons prendre par les critiques qui sont faites aujourd’hui sur la foi, l’Église.

Nous passons par des moments de doute, de remise en question. Il est normal que nous nous posions des questions sur la foi, quand nous vivons des épreuves. Dans ce cas, il ne faut pas rester seul mais se retrouver à plusieurs et pouvoir dire ses questions et entendre les réflexions des autres, les paroles du Christ dans l’Evangile qui peuvent nous redonner confiance et courage.

Enfin, si nous voulons être des pierres vivantes de l’Église, nous sommes appelés à témoigner de notre foi. Quand nous n’osons plus dire que nous sommes heureux d’être chrétiens, notre foi stagne.

Mais lorsque avec simplicité, nous osons dire la joie qui nous anime comme croyants, nous rendons témoignage à Jésus-Christ, et sans le savoir, nous semons autour de nous l’espérance, dans un monde qui souvent désespère.

Chers amis, un évêque est souvent amené à s’émerveiller de la foi qu’il rencontre chez des jeunes, des malades, des personnes handicapées, des catéchistes, chez des personnes où il ne s’attendait pas à trouver la foi.

J’ai envie de vous redire à chacun ce que Jésus a dit à son disciple Pierre : "Heureux es-tu car ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela mais mon Père qui est dans les cieux".

Oui, merci Père de révéler ton amour à ces jeunes et à tous ceux qui te cherchent.

Références bibliques :

Référence des chants :