Je fais un don

Frères et soeurs,

Nous sommes en lien en ce moment avec les jeunes qui, hier au soir et ce matin, ont conflué vers Rome, après – ou non – un temps dans les diocèses d’Italie.

Nous avons voulu, en effet, que ce pèlerinage du 15 août 2000 à Issoudun soit un instant de communion entre les jeunes, de 16 à 35 ans, célibataires ou mariés, valides ou handicapés, présents à Rome pour les J.M.J. et ceux et celles qui n’ont pu se rendre à Rome, mais font partie pourtant de la jeunesse du monde entier en fête jubilaire avec le Pape en ces jours.

Moment d’intense communion entre les jeunes, d’ici, de Rome et de partout, mais aussi, avec les adultes qui, en 1997 déjà, et aujourd’hui, vivent ces temps forts de jeunes comme temps forts pour l’Église tout entière, et donc pour eux aussi, adultes de ce même peuple en marche à la suite du Christ.

Nous vivons notre rassemblement en la fête de l’Assomption de Marie. Ce n’est pas un hasard : l’Assomption de Marie, c’est la fête de " la première en chemin ".

Première, à l’Annonciation et à la Nativité, pour l(‘accueil de Dieu en notre humanité. Première, à Cana, comme apôtre de ce Jésus reconnu comme chemin de Vie : " Faites tout ce qu’il vous dira ". Première, à la Croix, pour accueillir le sacrifice du Fils de Dieu, et reconnaître à travers la Passion d’amour de Dieu la source de vie pour les hommes qui cherchent sens et vie en cette terre : Dieu, en effet, aime à en mourir. Cet amour retire l’homme de la mort, il ressuscite et fait ressusciter avec Lui tous ceux qui désormais vivent d’amour avec Lui…

Marie première enfin à être accueillie au terme du chemin, avec le Ressuscité, par le Ressuscité, dans cette vie de communion plénière, les uns avec les autres, les uns par les autres, pour les autres, en même temps qu’avec Dieu, dont nous pressentons ici-bas qu’elle seule nous fait vivre et nous donne de faire vivre.

Le Pape vous a écrit, à vous les jeunes : " qui connaît Jésus de Nazareth, Dieu – avec – nous, connaît Dieu (et nous savons que le mot " connaître " veut dire " naître à ") ; qui voit Jésus de Nazareth voit Dieu ; qui le suit, suit Dieu ; qui s’unit à lui, est uni à Dieu… ". Cela Marie nous le dit et le monde en sa vie. Elle nous invite à le vivre avec elle : " Le Seigneur a fait pour moi des merveilles, saint est son nom ".

Accueillir Jésus Christ, dit encore pour vous le Pape, cela signifie croire (expérimenter) " que dans l’histoire humaine tellement marquée par le mal et la souffrance, l’ultime parole appartient à la vie et à l’amour, parce que Dieu est venu habiter au milieu de nous, afin que nous puissions habiter en Lui ".

" Qui connaît Jésus, connaît Dieu ; qui le suit, suit Dieu ; qui s’unit à Lui, est uni à Dieu "…

Le Pape interroge cependant : si Dieu nous appelle à être ses fils, à être " siens ", à être à lui, à être saints avec Lui, le seul Saint, est-ce encore possible aujourd’hui ?

Jean-Paul II répond, et Marie la première nous le dit, avec l’Apocalypse : " Si on devait compter sur les seules ressources humaines, l’entreprise apparaîtrait certainement impossible ". En effet, vous connaissez bien, chers jeunes, vos succès et vos défaites, et vous connaissez aussi les fardeaux qui pèsent sur l’homme, les dangers qui le menacent et les conséquences de ses péchés. Il vous arrive de penser que l’on ne peut rien changer, ni dans le monde, ni en soi-même… Mais le Pape conclut : " Si le chemin est dur, nous pouvons tout pourtant en celui qui est notre Rédempteur " (saint Paul dit : "  Je puis tout en celui qui me fortifie ").

Et alors de vous inviter avec Marie en ce jour : et je le fais avec lui : soyez des contemplatifs de Jésus ; soyez des amoureux de la prière ; soyez des membres actifs de l’Église ; restez à l’écoute de la Parole, prenez des forces dans les sacrements ; soyez des apôtres intrépides de l’Évangile et des bâtisseurs d’une nouvelle humanité. Le Pape insiste : comment pourriez-vous affirmer que vous croyez en Dieu fait homme si vous ne prenez pas position contre ce qui avilit la personne humaine et la famille, si vous ne faites pas tous les efforts possibles pour contribuer à l’édification d’un monde nouveau, fondé sur la puissance de l’amour et du pardon, fondé sur la lutte contre toute injustice et contre toute pauvreté physique, morale, spirituelle, et sur des politiques et des économies, des cultures et des technologies orientées vers le service de l’homme et son développement intégral ?

Jeunes, comme le dit l’Écriture, le Seigneur met devant Vous, la vie et la mort ; choisissez la vie…

Jeunes d’ici, avec les jeunes du monde entier, aimez la vie. Prenez le chemin de la Vie, avec Jésus, celui indiqué par Marie et rappelé par le Pape et l’Église.

Prenez, prenons ou reprenons ensemble le chemin de la vie :

" Qui connaît Jésus, connaît Dieu ; qui le suit, suit Dieu ; qui s’unit à Lui, est uni à Dieu "…

Qu’il en soit ainsi !

Références bibliques :

Référence des chants :