Je fais un don

« Choisis par le Père. » Quelle merveille et quelle source d’immense paix et de profond dynamisme, lorsqu’enfin chacun de nous peut dire : « J’ai été choisi par Dieu, le Père. » Oh, je le sais, pour parvenir à parler ainsi, il aura fallu de longs moments de recherche, d’interrogations, de souffrance peut-être. Mais l’apôtre Paul le dit bien : « Dieu, le Père, nous a choisis dès avant la création du monde » (Ep. I, 4). Chacun de vous ici, séminaristes, religieux, amis, parents, quelle que soit votre vie, chacun de vous est appelé à découvrir que dès avant sa naissance, Dieu l’a choisi, attendu… Nous ne sommes pas le fruit du hasard ! Même lorsque nous constatons que nous n’étions pas vraiment désirés par nos parents, Dieu, Lui, le Père, nous attendait et aujourd’hui encore Il espère en chacun de nous. Oui, pour Dieu, vous avez chacun une place – unique – que vous avez à découvrir et à recevoir librement pour être heureux. Cette place ne peut être pour vous que la plus belle au monde, car c’est celle qu’en son amour le Père vous a donnée.

« Choisis par le Père. » Oui, mais ce bonheur ne serait pas complet si nous ne découvrions pas que nous avons été choisis pour le service des autres. Que nous soyons appelés au mariage, au célibat, au presbytérat ou à la vie religieuse, toute vocation personnelle est toujours vocation pour les autres. Le Père nous choisit pour nous envoyer vers nos frères. Ainsi, Dieu appelle-t-il Moïse : « J’ai vu la misère de mon peuple… Va leur dire… » Moïse découvre à la fois le visage de tendresse de son Dieu, et cet amour qu’ils partagent ensemble pour ce peuple ; lui, l’humble serviteur et lui, le Dieu de la vie, vont conduire leur peuple vers le pays de la liberté. Tous, nous sommes choisis par le Père pour le bien de nos frères.

À cette lumière, comment parler des prêtres, à vous, séminaristes, puisque l’Église vous prépare à ce service ? À quoi Dieu vous appelle-t-il ? Écoutons Jésus nous le dire : « Je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ». Le prêtre est l’homme de la porte. Et vous le savez, les choses les plus importantes se disent souvent sur le pas de la porte !

À la porte de l’église, le prêtre accueille ceux et celles qui viennent pour la messe ; il reconnaît l’un, écoute les peines ou les joies de l’autre. Mais, dans son coeur, il a le souci de la communauté, de ceux qui sont là et de ceux qui ne sont pas là. Il pense : « Je vais leur parler tout à l’heure, comment entreront-ils dans la Parole de Dieu ? » À la porte de l’église, le prêtre est habité par cette eucharistie qu’il va célébrer. L’élan de son coeur, son désir est de servir ce peuple que l’évêque lui a confié : « Que tous nous ne fassions plus qu’un avec toi, Seigneur Jésus ! Que tous nous soyons habités par ta vie ! » Et à la suite du Christ, « la porte », le prêtre ouvre le chemin vers le Père.

De nouveau, à la fin de la messe, le prêtre se tient à la porte. Il salue encore chacun. Ce qui habite son coeur alors c’est bien sûr ce souhait si naturel, et bien réel : « Bon dimanche ! Bonne semaine ! » Mais il y a plus encore ce désir profond : « Allez dans la paix du Christ ! Allez dans le monde rayonnez la vie de Dieu ! Allez ! Le Seigneur vous envoie sur toutes les places, à tous les coins de rue ! La paix que vous avez reçue de Dieu – la paix, ce bien si précieux et si désiré aujourd’hui pour tant de peuples – la paix, répandez-la autour de vous ! Vivez l’Évangile ! »

« Je suis la porte », dit Jésus. Cette parole, le prêtre peut la reprendre à son compte. Jésus ajoute : « Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ». Le prêtre sait le prix de ce passage. Il le célèbre en offrant le sacrifice du Christ, dans l’Eucharistie au nom de toute la communauté. C’est par la croix que Jésus fait entrer le peuple dans la vie. C’est par cet amour jusqu’à l’extrême que Jésus nous a introduits auprès du Père. La croix, avec ses bras ouverts sur le monde, avec son centre tourné vers le Père, c’est le signe de nous tous, chrétiens, mais la croix est le coeur de la vie des prêtres : leur vie, ils l’offrent pour vous et pour le monde : malgré leur faiblesse, ils sont habités par l’amour du Père.

Références bibliques :

Référence des chants :