Nous avons entendu, soeurs et frères, le début de la lettre aux Hébreux : Dieu a parlé de bien des manières à nos pères. Mais en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Nous célébrons ce matin la manière dont Dieu s’y est pris à Noël pour parler à notre coeur. C’est Dieu lui-même qui vient à nous dans cet enfant de la crèche. C’est Dieu lui-même qui vient nous rejoindre : et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous ! Un enfant en qui va se révéler cet amour inimaginable d’un Dieu qui vient partager notre humanité jusqu’au bout, dans sa beauté et son tragique, dans ses épreuves et dans ses joies. 
Dans sa proximité jusqu’à l’extrême, Dieu vient nous manifester ce que nous sommes à ses yeux : tous, infiniment précieux ; tous - qui que nous soyons, et où que nous en soyons - tous désirables, au-delà de nos contradictions. Ce ne sont pas nos ténèbres intérieures qui auraient pu l’arrêter… Les anges le chantaient cette nuit : nous sommes ces hommes, ces femmes, ces enfants que Dieu aime et pour qui il vient ouvrir les chemins d’une nouvelle naissance toujours possible.
Il est venu de nuit. Et il continue. Il vient dans les nuits de la guerre et de la terreur qu’elle répand. Il vient dans les détresses et l’inquiétude face à l’avenir qui étreignent bien des nôtres aujourd’hui. Il vient se faire proche de nos doutes, de nos chemins de traverse, de nos vies aux rythmes un peu fous qui créent souvent comme un vide en nous, comme le disait Christian Bobin : le temps manque à leur temps ; et la vie manque à leur vie…
Si Dieu humblement rejoindre nos fragilités, il n’est pas pour autant sans force, ni sans puissance. N’avez-vous pas constaté qu’il y a dans un tout-petit, comme une force insoupçonnée. Peut-être justement parce qu’il vient à nous désarmé, c’est nous qu’il vient désarmer. Et si sa mère le dépose dans nos bras – et je vois bien Marie le faire ! - nous en perdons nos moyens. Devant ce tout-petit, voilà que monte en nous une étrange émotion, une tendresse émerveillée, une attention extrême devant ce cadeau qui nous est confié. 
La force de cet enfant de la crèche, c’est de réveiller en nous le meilleur de nous-mêmes. C’est la force de l’amour quand il fait confiance comme cet enfant qui se livre entre nos mains : il ouvre les cœurs, il opère des miracles, il nous redonne un cœur de chair. C’est là qu’est la force de Dieu, dans son amour. C’est la seule force qui vaille, la seule qui peut engendrer la vie, celle qui fait des miracles. Un Dieu qui qui nous guérit du mal, en se livrant sans défense entre nos mains. Corps livré pour nous, comme nous disons à chaque eucharistie, pour devenir nous aussi son Corps, sa chair, son amour en ce monde. 
L’Evangile de Jean nous parlait de tous ceux qui l’ont reçu. Leur vie en a été peu à peu transformée, comme la venue d’un tout-petit peu transformer bien des choses. Voilà qu’il nous tire de toutes ses forces du côté de la vie. Voilà que c’est lui qui nous prend par la main, et nous relance du côté de la confiance, de l’espérance. Il ressuscite en nous le gout de se donner, de prendre soin de lui, de prendre soin des autres.    
Dieu qui vient comme un enfant. Et donc comme une invitation. Sans s’imposer, sans discourir, sans mettre de conditions à son amour. Couché dans la paille, il vient en nous tendant les bras. Il nous demande ce qu’on n’avait sans doute jamais imaginé de la part d’un Dieu… Un Dieu qui nous demande de prendre soin de lui. De prendre soin de sa Parole. Et comme, il le demandera plus tard, de prendre soin, à sa manière, des plus petits, de tous ceux en qui ils voient des enfants de Dieu, qu’ils soient bergers ou rois ! Prendre soin aussi de ce monde et de cette terre venus par lui à l’existence. Pour lui, vivre ainsi, c’est cela naître de Dieu. 
L’Evangile de Jean nous en indique le chemin : 

-    Il nous invite à nous placer sous la lumière du Christ, à nous laisser éclairer par Lui dans nos choix de vie 
-    Il nous invite à Le laisser venir chez lui en nous. En restant à l’écoute de sa Parole ; en communiant à son Corps tout donné ; en prenant le temps de la prière pour naître de lui 
-    Il nous invite à devenir enfants de Dieu, frère du Christ, frères et sœurs les uns des autres.
C’est le bienheureux Christian de Chergé, qui dans une homélie de Noël à Thibérine, avait eu cette parole, si belle : cette nuit-là, le Verbe s’est fait frère !
Prendre soin de Dieu ! Prendre soin de tous ceux qu’il appellera un jour ses frères, ses sœurs ! Prendre soin de ce monde… Telle se révèle ce matin notre mission, tel s’éclaire le sens que le Seigneur voudrait donner à notre vie être avec lui des guetteurs de vie et des messagers de paix !  
 
Le Père Daniel BREHIER évoque les différentes représentations de la crèche à travers l'histoire, toujours actualisée du fait de la personnalisation des personnages.

Recevez chaque
semaine vos newsletters :