Je fais un don

Avant de devenir le Pape Urbain V, Guillaume de Grimoard était l'Abbé Bénédictin, d'aord du monastère Saint-Germain d'Auxerre, puis de Saint-Victor de Marseille. Il était né en Lozère, près de Mende, en 1310. Entré dans la vie monastique, il poursuivit ses études à Montpellier et ensuite à Paris. C'était le temps, difficile pour l'Eglise, du transfert de la Papauté en Avignon. Le moine Guillaume se trouve être élu Pape en 1362 ; il sera l'un des 7 Papes de cette période de divisions douloureuses qui s'étend sur la majeure partie du 14ème siècle. Ainsi, les Papes résidaient alors dans le Comtat Venaissin qui appartenait au domaine pontifical. Urbain V se manifestera comme le premier des Papes Humanistes. Il favorise de tout son pouvoir l'expansion des lettres et des arts et embellit le Palais des Papes en Avignon. En même temps, il reste fidèle à l'esprit monastique de la première partie de sa vie ; il continue à pratiquer chaque jour, aux heures fixées, les exercices du cloître. Moine et Pape, Urbain V parvient à gagner l'amitié du plus grand des humanistes de la Renaissance : le poète italien Pétrarque qui était pourtant très critique à l'égard des Papes d'Avignon.

Le Pape Urbain V aura le grand mérite de prendre la décision, malgré les résistances de la cour papale installée sur les bords du Rhône, de revenir à Rome. Il ne pourra y demeurer que trois années : rentré en Avignon, il y meurt peu de temps après en décembre 1370. Ainsi se serait réalisée une prédiction faite par sainte Brigitte de Suède : retirée à Rome, elle avait protesté avec véhémence contre le retour du Pape en France, lui prédisant une mort prochaine s'il quittait la Ville éternelle. La tradition d'Avignon a laissé un trait édifiant concernant la mort de ce Pape. Se souvenant de la mort de son Seigneur le Christ sur la Croix, Urbain V se fit transporter dans une modeste maison de la ville d'Avignon : il demanda qu'on en laisse la porte ouverte -pour que chacun put constater qu'un Pape savait mourir en simple chrétien, se remettant à la miséricorde de son Dieu.