Je fais un don

Frères et sœurs,

En ce dimanche de prière pour nos frères malades, le Seigneur nous fait la grâce de nous retrouver dans cette belle chapelle du Centre Hospitalier du Bon-Sauveur. En nommant ainsi ce lieu, la communauté fondatrice voulait avant tout permettre à tous les malades qui y séjourneraient de contempler Celui qui est pour tous les hommes, l’unique Sauveur, Celui qui est la grande lumière du monde, le Christ Jésus. Lumière du monde, Jésus l’était hier, il l’est aujourd’hui, il le sera demain. Nous sommes invités à croire à cette lumière. Nous sommes invités à accueillir dans la nuit de nos vies, le Christ comme notre vraie lumière.

Une présence qui ouvre un avenir

L’Évangile de ce jour nous présente l’appel des disciples. Au bord du lac, Jésus rejoint ces hommes occupés à leurs tâches familières de pêcheurs, accomplies comme ils ont appris à le faire selon les habitudes et traditions familiales. Pour eux rien n’est censé devoir changer. Demain sera comme aujourd’hui et comme hier. Or Jésus survient dans leur vie ordinaire, il les surprend et les appelle. « Venez derrière moi ». Il leur ouvre un nouvel avenir, il les ouvre à une vie nouvelle.

Nous ressemblons souvent à ces deux pêcheurs, enfermés dans nos principes, nos routines, nos manières de vivre. Et brusquement une situation inattendue, un appel, une lumière nouvelle peuvent aussi nous bouleverser, changer tout le paysage de nos vies. Ce bouleversement peut même se produire plusieurs fois dans la vie de chacun. Nous pourrions en être totalement déstabilisés. Mais si nous croyons en Celui qui est lumière, au Christ qui vient éclairer nos nuits, alors nous nous ouvrons à l’espérance. Nous en sommes tous capables. Le chemin de l’espérance est une route ouverte à chacun.

Jésus est pour tous une vraie lumière. Il éclaire notre aujourd’hui. Il ouvre notre avenir.

Une lumière nouvelle

Vers quel avenir, Jésus vient-il ouvrir nos chemins ? En venant dans notre monde, il instaure le Règne de Dieu qui touche et transforme les cœurs. Il proclame : « Convertissez-vous, car le Royaume de Dieu est tout proche. » Déjà annoncé par Isaïe, le Christ a déposé dans le cœur de chacun, de chaque être humain, quels que soient sa situation personnelle et son état de santé, une lumière fragile et humble destinée à embraser le monde d’amour. En inaugurant le Règne de Dieu, Jésus ouvre la porte à l’Esprit Saint, celui qui transforme nos vies et cette terre pour nous aider à aimer les pauvres, les malades, les exclus, les victimes des injustices, les préférés du Christ. Jésus éclaire le monde et les cœurs d’une lumière nouvelle. Il nous appelle à convertir nos mentalités et nos comportements, à être pleinement conscients de nos limites et de nos vulnérabilités. Il nous appelle à construire dans le réel de nos vies, dans le concret de nos situations, le Royaume de Dieu, royaume de justice, d’amour et de paix.

Au plus noir de nos nuits, il nous faut toujours croire à la lumière car Dieu est fidèle. Il a envoyé son fils, Jésus, lumière du monde, offrant ainsi le salut à ceux qui mettent en lui leur foi. Ces disciples au bord du lac, appelés par Jésus à mettre leurs pas dans les siens, sont pour nous un exemple. Ils ont accueilli le Christ, ils l’ont suivi et leur vie en a été illuminée.

Aujourd’hui l’invitation est la même. Écoutez le Christ vous appeler. Il nous rejoint dans notre quotidien. Sa lumière vient chasser nos ténèbres. Il nous appelle à marcher à sa suite pour que notre propre vie soit lumière pour le monde. Nous ne sommes pas dans la logique du monde dont les lumières ne cherchent qu’à nous éblouir pour camoufler nos ténèbres. Et quand les lumières s’éteignent que reste-t-il ? Aujourd’hui, quand les lumières de cette célébration vont s’éteindre, que restera-t-il ? Il restera, je l’espère, au cœur de chacun, surtout de chacun de vous frères malades – comme au cœur de chacun de vous, frères très chers, dont la santé morale ou spirituelle a pu être fragilisée par tant d’événements de vos vies – il restera une parole de lumière et d’espérance qui nous fera sortir des ténèbres qui nous enferment.

Accueillir le Christ dans sa parole, dans son eucharistie, dans le service de nos frères pauvres ou malades, c’est accueillir la vraie lumière pour que le monde en soit illuminé. La plus petite étincelle mise par Dieu au fond du cœur de chacun peut devenir un immense feu d’amour pour embraser notre monde. Cette étincelle, nous l’avons reçue au jour de notre baptême, à nous maintenant d’en faire un immense feu d’amour, signe d’espérance donné au monde.

Références bibliques : Is 8, 23-9, 3 ; Ps 26 ; 1 co 1, 10-13.17 ; Mt 4, 12-23

Référence des chants :