Je fais un don

Vous avez vu ? Dans la Sainte Famille, il n’y a que des saints !

D’abord, le Fils de la Sainte Famille est Dieu, né de Dieu, il est le divin enfant depuis plus de 4000 ans, les prophètes nous le promettent. C’est pour lui que Dieu a appelé Marie puis Joseph !
Ensuite, il y a Marie ! Pleine de grâce, bénie entre toutes les femmes, mère choisie entre toutes les mères, celle qui a porté celui qui porte tout, c’est en elle que vient Jésus. C’est pour elle que Joseph agit.
Enfin, il y a Joseph. Saint Joseph, l’homme juste, descendant du roi David, le protecteur, le chef et gardien de la sainte famille… Celui qui a obéit à Dieu et pris avec lui Marie et Jésus.

Mais, chez nous, les choses ne sont pas aussi parfaites ! Dans nos familles, il n’y a pas que des saints !

Il y a des enfants gâtés qui « râlent » souvent, il y a des frères et sœurs qui se chamaillent pour des bouts de gâteaux ou des bouts d’héritage, qui se jalousent, se disent des paroles méchantes ou, pire, ne se parlent plus (à tout âge !)…
Dans les familles de chez nous, il y a des mamans et des papas fatigués, parfois énervés, qui « en ont assez »… Ils font des bêtises eux-aussi, ils se chamaillent parfois et même certains se séparent quand ils n’arrivent plus à vivre ensemble !
Bref, nos familles ne sont pas composées à 100% de saints, mais à 100% de pauvres pécheurs !

Alors, cela veut-il dire que nos familles ne peuvent pas être saintes ? Que la Sainte Famille est trop loin de nous : admirable… mais pas imitable !?

Mais non ! Car il y a quelqu’un qui est toujours présent, à Nazareth comme ailleurs, pour tous ceux qui cherchent le bonheur, Celui qui a créé l’homme et la femme pour qu’ils vivent en famille, c’est Dieu ! Il veut être présent pour que chaque famille soit unie, à son image !
Pour cela, Il fait des cadeaux à chacun à travers les autres membres. Comme dans l’Église ! Comme dans un corps humain : les pieds marchent et ils donnent à tous le corps d’avancer ! Ils ne laissent pas les autres membres derrière eux, ils ont un besoin vital des autres !
Ainsi, dans toutes les familles, chaque membre donne aux autres une perfection complémentaire : l’homme et la femme se donnent l’un à l’autre d’être époux, ils donnent la vie à l’enfant, l’enfant donne à la femme d’être mère, avec l’enfant, la femme donne à l’homme d’être père.

Hé bien la Sainte Famille aussi, a vécu cela : Elle n’est pas devenue sainte parce que chacun individuellement s’est affirmé dans son propre projet, mais parce que chacun a recherché d’abord le bonheur des autres !
Regardez ! Le Verbe, qui est Dieu, s’est fait l’enfant (obéissant et soumis !) de Joseph et de Marie ! Marie « pleine de grâce » s’est confiée les yeux fermés aux soins du charpentier de Nazareth ! Joseph descendant de David s’est exilé en Égypte ! Et ça n’a pas été évident !

La Sainte Famille est un modèle pour toutes les familles qui cherchent cette unité profonde par Dieu, avec Dieu et en Dieu… grandes, petites, naturelles, spirituelles, boiteuses, brisées, endeuillées, recomposées, et même celles dont les membres sont au ciel !…

Certes, pour nous, le chemin de l’unité doit surmonter les faiblesses, les blessures, les fautes passées ou présentes, et même la mort ! Il passe par l’étape douloureuse et si difficile du Pardon en famille (pardon entre époux, pardon entre frères et sœurs, pardon a ses parents, à ses enfants…). Mais c’est notre façon de sanctifier nos familles, notre façon d’imiter Jésus, Marie et Joseph, dans l’unité ! Notre façon de devenir saint !

Références bibliques : Si 3, 2-6.12-14 ; Ps 127 ; Col 3,12-21 ; Mt 2, 13-15.19-23.

Référence des chants : Liste des chants de la messe à Cesson Sévigné 29 12 13