Je fais un don

Saint Wilfrid eut une existence fort mouvementée, au VIIe siècle. Il naquit en Angleterre en 634. S'étant fait moine, le jeune Wilfrid va poursuivre sa formation religieuse et intellectuelle à Lyon, puis à Rome. De retour dans sa patrie, il prend l'habit bénédictin à Lindisfarne et deviendra l'Abbé du monastère de Rippon. Bientôt, il sera élu évêque d'York, recevant la consécration épiscopale lors d'un passage en France, à Compiègne.
L'évêque Wilfrid était aussi un grand missionnaire. Il ira porter l'Évangile jusqu'en Frise, en Hollande. Doté d'un tempérament passionné et fougueux, il se faisait autant d'adversaires que d'amis ! Beaucoup de ses misères lui vinrent du roi de l'époque : en effet, sans le prévenir, il avait conduit la reine son épouse au couvent ! On comprend la fureur royale !

Le grand mérite de saint Wilfrid fut d'être véritablement oecuménique. Il fut le fidèle artisan de l'unification de l'Église en Angleterre. Il y avait alors deux Églises chrétiennes séparées : l'une autonome et Celte, dirigée d'ailleurs par un autre saint évêque qui se nommait Chad, et l'autre Anglo-saxonne, reliée à Rome. Grâce à la réconciliation des deux évêques, ces Églises vont fusionner et resteront unies jusqu'au schisme du roi Henri VIII.

On n'a pas attendu le XXe siècle pour faire l'Europe ! Au VIIe siècle, saint Wilfrid fut un véritable Européen. De par ses études, ses missions et aussi l'exil qu'il subit à plusieurs reprises, on le trouve à Lyon, à Rome, en Hollande et en Angleterre, fondant des monastères dans l'observance de la règle de saint Benoît. Réfugié en Austrasie, à l'époque le nord-est de la France, il faillit devenir évêque de Strasbourg ! C'est en Angleterre qu'il termina sa vie missionnaire itinérante, en 709.
Le nom de Wilfrid, auquel se relie celui d'Alfred, signifie selon l'étymologie germanique "volonté" et "paix".