Le jour du seigneur

Dimanche 20 janvier 2019 - Nouvelle formule
Dimanche 20 janvier 2019 - Nouvelle formule

Matinée oecuménique : Étrangers et voyageurs sur cette terre

Chaque mois de janvier et à l’occasion de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, les quatre émissions de confession chrétienne des Chemins de la foi se réunissent pour vous proposer une matinée exceptionnelle

Revoir l'émission
Dimanche 27 janvier 2019 - Nouvelle formule
Dimanche 27 janvier 2019 - Nouvelle formule

Les jeunes sont-ils désenchantés ?

Dans un contexte social, sociétal, économique et écologique bien souvent alarmant, comment l’actuelle génération des 18-25 ans envisage-t-telle son avenir ?

EN SAVOIR PLUS
Dimanche 3 février 2019
Dimanche 3 février 2019

Quatre millions de mal-logés : expliquez-nous !

Le nombre de mal-logés en France s’élève aujourd’hui à 4 millions de personnes. Selon la fondation Abbé Pierre, ce chiffre aurait augmenté de 50% en dix ans.

EN SAVOIR PLUS
Le Jour du Seigneur
Le Jour du Seigneur

L'émission catholique du dimanche sur France 2

Le saint du jour

mercredi 23 janvier 2019

Saint Barnard

Le Saint du jour

Saint Barnard

Epoque : IXème s

Pays : France

Ce nom est peu connu en France et il ne faut pas confondre Banard avec Bernard ! Les deux sont d'étymologie germanique et signifient "ours" (bern) et "dur" (hard).
Saint Barnard est pourtant un saint de France. Né à Lyon vers 780, il terminera sa vie à Romans dans la Drôme. Barnard est d'abord militaire, il fonde une famille et vit à la Cour de Charlemagne. Après sept années de vie conjugale et avec l'accord de son épouse, il va se faire moine en l'abbaye d'Ambronay dans l'Ain, en Bresse. Il est promu, à son corps "défendant", archevêque de Vienne en 810. L'évêque Barnard fut un pasteur zélé et austère. Il entreprend la réforme de son diocèse des bords du Rhône, visitant inlassablement toutes les paroisses. Il se trouve mêlé aux affaires de la succession de Charlemagne mais sans doute peu diplomate, il s'y montre plutôt maladroit. Devenu très âgé, il aura la sagesse, après quelques trente années d'épiscopat, de donner sa démission pour retrouver sa chère vie monastique. Il fonde alors un monastère à Romans-sur-Isère, où il termine ses jours dans la prière, la pénitence et la paix, le 23 janvier 842.

Aujourd'hui c'est aussi...

  • Bienheureux Henri Suso

Culture

Revoir dans l’Agenda de Constance : la pièce de théâtre Intra Muros d’Alexis Michalik

En savoir plus

Faire un don