Le jour du seigneur

19 janvier 2020
19 janvier 2020

Matinée œcuménique : « Fruits de la terre et du travail des hommes »

Comme chaque année, à l’occasion de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, les quatre émissions de confession chrétienne des Chemins de la foi (Orthodoxie, Chrétiens Orientaux, Présence Protestante et Le Jour du Seigneur) proposent une matinée œcuménique exceptionnelle.

En savoir plus
Dimanche 12 janvier
Dimanche 12 janvier

Le pape François : diplomate ou utopiste ?

Les derniers propos du Pape François sur le nucléaire lors de sa récente visite au Japon ont pu sembler radicaux, voire utopistes. Le Jour du Seigneur y consacre son magazine, suivi de la messe en direct de Steenkerque en Belgique.

Revoir l'émission
Epiphanie
Epiphanie

Faire le bien et retrouver la joie : deux résolutions envisageables en 2020 ?

Pour sa première émission de l’année, le Jour du Seigneur consacre un magazine aux bonnes résolutions de 2020. La messe sera ensuite célébrée à l’Haÿ-les-Roses.

Revoir l'émission
Le Jour du Seigneur
Le Jour du Seigneur

L'émission catholique du dimanche sur France 2

Le saint du jour

samedi 18 janvier 2020

Sainte Prisca ou Priscille

Le Saint du jour

Sainte Prisca ou Priscille

Epoque : IIIème s

Pays : Rome

Le prénom Prisca signifie en latin "antique".
C'est justement dans la Rome antique qu'aurait vécu sainte Prisca ou Priscille. Il est difficile de dire quelque chose de précis sur cette sainte qui aurait été martyre dans les premiers siècles de l'Église, peut-être au IIIe siècle. Toutefois, à Rome, deux lieux significatifs sont dédiés à sainte Prisca ou Priscille : une église et une catacombe. Sur la colline de l'Aventin se dresse une basilique dédiée à sainte Prisca ; des fouilles archéologiques y ont repéré une maison devenue église, recouvrant progressivement les vestiges d'un temple païen. Sainte Prisca serait peut-être la même personne que sainte Tatiana, autre martyre célébrée le 12 janvier, et que sainte Martine, célébrée le 30 janvier ; une seule martyre s'abriterait sous ce triple nom.

Devant cette absence de précision historique, ne pourrait-on pas, sur la base des "Actes des Apôtres", parler d'une sainte authentique du temps de saint Paul ? En effet, le récit des Actes met plusieurs fois en relief une femme admirable de foi et de dévouement au service de l'Église naissante. Elle était une épouse, puisque saint Paul ne sépare jamais dans ses éloges Prisca et Aquilas son mari. Nous pouvons penser qu'il n'y a que trop peu de couples canonisés ! Voilà un couple qui mériterait de l'être : il a été mis par la tradition, sur le témoignage de Paul, au rang même des Apôtres, comme ce fut le cas aussi de Barnabé.

Les Actes des Apôtres rapportent des choses étonnantes sur Prisca et Aquilas, de même que saint Paul en finale de sa Lettre aux Romains. Collaborateurs très proches de Paul, ils lui ont sauvé la vie en risquant leur tête. Bien d'autres leur sont reconnaissants de leur sollicitude pour les Églises ! Et quand Apollos, jeune converti brillant et savant, arrive d'Alexandrie à Corinthe, c'est à ce couple de témoins qualifiés du Christ qu'il est confié pour parfaire sa formation chrétienne.

Nous lisons au chapitre 18 des Actes : "En quittant Athènes, Paul se rend à Corinthe. Il y rencontre un Juif arrivant de Rome avec sa femme Prisca. Comme ils avaient le même métier, il s'installa chez eux et y travaillait". On sait que le premier Ecrit du Nouveau Testament, la première lettre de Paul aux chrétiens de Thessalonique fut rédigé de Corinthe, en l'année 51, au moment où l'Apôtre logeait chez Prisca et Aquilas.
Aquila signifie en latin "aigle".

Faire un don