Je fais un don

Justin, dont le prénom d'étymologie latine signifie juste, est un saint à remarquer. Il n'est pas, comme souvent, un moine, un évêque ou un religieux mais un Laïc, qui vécut très tôt dans l'histoire de l'Eglise en Terre sainte.

Il est né vers l'année 100 en Samarie, à Naplouse, près de Sichem et du puits de Jacob, lieu de rencontre entre Jésus et la femme samaritaine. D'origine païenne, Justin est le type même du chercheur de Dieu. Il trouvera la foi au Christ Sauveur après avoir longtemps cheminé à travers les doctrines de son époque. Attiré très tôt par la philosophie, la quête du Vrai, il fréquente la Sagesse grecque, des Stoïciens à Pythagore. Il est déçu par leur conception étriquée de la destinée humaine. Par contre, la pensée du divin Platon lui donne des ailes.

Quand Justin se fixe à Ephèse, capitale de l'Asie mineure, il y trouve les traces de l'Evangile semé par saint Jean et saint Paul. Arrivé à Rome, Justin le philosophe, devenu disciple passionné de Jésus, ouvre une Ecole du Christ en qui il a enfin trouvé le repos de son esprit et la joie de son cœur. Désormais, il consacre toute sa vie à la défense et à l'illustration de la foi chrétienne. Ses œuvres, comme ses deux " Apologies" et " le Dialogue avec Tryphon", sont centrées sur le Christ, le Verbe, le Logos. La doctrine de Justin est un message magnifique d'optimisme chrétien : en Jésus Christ, le Verbe de Dieu s'est manifesté en plénitude, répandu et disséminé dans le monde entier. Chaque être humain en possède comme un germe, une semence, à faire vivre.

Justin a jeté un pont entre Christianisme et philosophie, foi et culture. Dénoncé par un enseignant jaloux de son influence, il est arrêté et décapité vers 165 à Rome, au temps de l'empereur Marc Aurèle. Au juge qui se moquait de son espérance de rejoindre le Christ au Ciel, Justin répondit : " Je ne l'imagine pas : je le sais, j'en ai la certitude".


Saints du même jour

  • Saint Ronan ou Renan