Je fais un don

Dieu est vie !

Pour entrer dans la lumière de cette fête, écoutons la dernière parole de Jésus, tout à la fin de l’évangile de saint Matthieu ; après sa résurrection, Jésus dit à ses apôtres : "Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit." (Matthieu 28, 19) La vie publique de Jésus se déroule entre deux baptêmes : celui qu’il reçoit de Jean et celui qu’il confie à ses apôtres pour que tous les hommes reçoivent sa vie. La fête du baptême du Christ que nous célébrons aujourd’hui annonce, préfigure le baptême des multitudes à venir, notre baptême. Que s’est-il passé ?

Jésus vient vers Jean pour recevoir le baptême. Déjà, avant lui, beaucoup sont venus pour être plongés dans l’eau et pour être ainsi purifiés de leurs péchés. Beaucoup ont été encouragés à changer leurs comportements les uns envers les autres, à mener une vie dans la justice, le pardon, la vérité. Tout ce peuple qui vient de Jérusalem et de tout Israël, nous représente : nous aussi, nous aspirons à être délivrés de la culpabilité qui nous enchaîne, de l’orgueil qui nous empêche de nous aimer les uns les autres… Nous voulons être purifiés. C’est là une demande universelle. Presque toutes les religions pratiquent ce rite de purification par l’eau : qu’il suffise de rappeler les magnifiques immersions dans le Gange. Tout homme aspire à la purification de son être profond. Jésus le comprend. Vrai Dieu et vrai homme, il a assumé tout de nous : lui, le pur, il prend en lui notre désir de pureté ; lui, le Fils de Dieu, il prend en lui notre longue quête de dignité.

Pourtant ce qui se passe est infiniment plus vaste et plus beau ! Jésus fait bien davantage que nous purifier, il nous conduit à une nouvelle naissance. "Les cieux s’ouvrent", "L’Esprit descend", "une voix dit : ‘Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour’." Le mystère de Jésus est là dans la lumière qui vient de l’éternité des Cieux. Le mystère de Jésus resplendit en cet amour du Père pour lui. Jésus se reçoit Fils dans l’amour et, dans l’amour, il offre tout ce qu’il est au Père. Cet amour du Père pour son Fils et du Fils pour son Père dans la communion de l’Esprit Saint, cet amour nous est révélé, à nous, pour que nous y entrions. Qui que nous soyons, quelle que soit notre pauvreté, nous sommes invités à demeurer en cet amour de Dieu. Quel mystère ! Nous pressentons cet amour, mais nous ne découvrons que faiblement son immensité : nous serons toujours au seuil de l’océan d’amour de Dieu. L’éternité ne suffira jamais pour tout connaître de ce mystère d’amour de la Sainte Trinité. Sans fin aussi sera notre éblouissement devant l’amour que Dieu nous porte ! Le baptême nous ouvre la vie éternelle.

Voilà l’extraordinaire nouveauté du baptême chrétien. Jean baptisait pour la purification. Jésus, lui, en nous donnant le pardon, nous ouvre à la réalité même de Dieu. Par lui, avec lui, en lui nous sommes aimés de son Père. Après sa résurrection, Jésus envoie ses apôtres baptiser au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit pour que tous les hommes entrent dans l’immensité de l’amour de Dieu : c’est une nouvelle naissance pour chacune et chacun d’entre nous. Le baptême est une naissance à Dieu.

Le jour de notre baptême, il nous est demandé de dire d’abord "non" au péché, au mal, à ce qui conduit à la mort pour pouvoir dire ensuite "oui" à Dieu, à sa vie, à son amour. En ces jours dramatiques que traversent des peuples d’Asie, l’immense solidarité qui s’est soulevée dans le monde entier est un "non" à l’égoïsme, à l’indifférence, à la mort. Cette solidarité est aussi un "oui", une espérance profonde en la vie à construire, à construire quoi qu’il arrive ! Dans la désolation, c’est le visage de Jésus crucifié qui paraît avec l’espérance de la résurrection. Que l’Esprit Saint nous donne force et courage ! Dieu est vie !

En direct de l’église Notre-Dame de l’Arche d’Alliance.

Références bibliques :

Référence des chants :