Le jour du seigneur

Homélie de la messe du 2 février 2020 à Paris

Quarante jours après Noël, Jésus est présenté au Temple. Que signifie cette présentation ?  Luc nous le dit : Jésus est présenté pour être consacré au Seigneur. C’est la raison pour laquelle nous fêtons aussi, aujourd’hui, la vie consacrée. Mais qu’est-ce que cette consécration ?

Revenons à la scène d’Évangile. Notre attention est attirée par les personnes qui sont là, dans le Temple, autour de Jésus : Joseph et Marie, Syméon et Anne, deux hommes, deux femmes, deux jeunes, deux plus âgés, à part égale. Et il y a aussi, en offrande, un couple de tourterelles et deux petites colombes : comme en échos au couple des parents de Jésus et aux deux anciens habités par l’Esprit. L’Esprit qui plane sur cette scène, comme au premier matin du monde.

Car à l’horizon se dessine déjà Pâques, où Jésus fera l’offrande de lui-même pour le salut du monde, où le Père, comme Syméon, le recevra dans ses bras et où l’Église, Temple de l’Esprit, comme Anne, « proclamera les louanges de Dieu et parlera de Jésus à tous ceux qui attendent la délivrance ».

La vie consacrée se reconnait en Syméon et Anne : l’homme juste et religieux et la femme prophétesse ; l’homme qui fait le geste infiniment doux et respectueux de prendre l’enfant dans ses bras et la femme qui prend la parole joyeusement au sujet de l’enfant ; Syméon qui vient au Temple et Anne qui vit au Temple, servant Dieu jour et nuit. Apostoliques et cloitrés, les religieux et religieuses, tous les consacrés, sont les Syméon et Anne d’aujourd’hui.

Ils ont été appelés, et ont répondu à l’appel du Seigneur, pour être tout entiers à cette unique mission : recevoir et annoncer Jésus Christ, qui vient en ce monde, aujourd’hui comme alors.

Recevoir et annoncer Jésus Christ qui vient, d’une manière à la fois prévisible et stupéfiante : prévisible parce qu’annoncée par toutes les Écritures. Tel le prophète Malachie qui dit : « soudain viendra dans son Temple, le Seigneur que vous cherchez ». Stupéfiante, car ce n’est pas dans la puissance d’un bras souverain qu’il vient, mais comme un nouveau-né, un tout petit, qui partage, comme dit la lettre aux Hébreux, ce que « les enfants des hommes ont en commun, le sang et la chair ».

Et cette mission est portée bien plus que par les consacrés : nous connaissons tous de ces personnes de grand âge dont les ans ont affiné le cœur, adouci les gestes, ajusté les paroles : elles vivent ainsi, consacrée au Seigneur, dans le secret. Elles sont, selon la belle expression du pape François, des consacrés « de la vie ordinaire ».

La lettre aux Hébreux ajoute encore : Jésus Christ, « parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve ». La consécration se colore d’une attention toute particulière à la présence consolatrice du Christ auprès des éprouvés.

Et aujourd’hui, ces éprouvés, ce sont les exilés, réfugiés, au milieu de qui marchent Marie et Joseph ; les enfants et les femmes abusés, auprès de qui se tient l’enfant, dans les bras de sa mère ; les personnes âgées négligées, près de qui s’asseyent Syméon et Anne ;

Prions ce matin, pour que le Seigneur continue d’appeler des femmes et des hommes à la vie consacrée, et au témoignage de la consolation. Et prions pour que l’Église que nous formons ensemble, continue son chemin de conversion, et deviennent ce lieu où se tiennent, comme Syméon et Anne, en égale dignité dans l’accueil et l’annonce du Sauveur : hommes et femmes, enfants et personnes âgés, sans oublier les tourterelles et les colombes, et toute la création, témoins de la Création nouvelle que le Seigneur est en train d’accomplir, un monde où toute chose est consacrée. Amen.

Références bibliques : Ml 3, 1-4 ; Ps 23 ; Hb 2, 14-18 ; Lc 2, 22-40

 

Texte de l'Homélie

Prédicateur : P. Guilhem Causse

Paroisse : Eglise Saint-Ignace

Ville : Paris

Temps : Temps Ordinaire

Jour : 4ème dimanche

Année : A

Télécharger en PDF