Paul Claudel est un homme de foi, poète, diplomate, dramaturge et membre de l’Académie française, né en 1868 à Villeneuve-sur-Fère, dans l’Aisne, et mort en 1955 à Paris.

Paul Claudel, diplomate

Paul Claudel (1868-1955) a écrit son premier essai dramatique (L’endormie) à l’âge de quinze ans. Il fait ses études au lycée Louis-le-Grand où il passe un baccalauréat de philosophie en 1885. Il poursuit à l’Ecole libre des sciences politiques en droit. Après une licence, il passe le concours d’entrée dans le corps diplomatique. Il commence sa carrière de diplomate en 1893. Paul Claudel débute en tant que premier vice-consul à New York et à Boston, avant de partir à Shanghai en 1895.

En 1900, Paul Claudel souhaite arrêter sa carrière de diplomate pour devenir moine bénédictin. Il postule alors à l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, dans la Vienne, où il n’est pas admis comme moine, mais cinq ans plus tard il y devient oblat. Il poursuit donc sa carrière de diplomate, d’abord toujours en Asie, puis en 1909 il arrive à Prague, puis Francfort, Hambourg, jusqu’à être nommé à Rio de Janeiro en 1916, avant de revenir en Europe, à Copenhague en 1920. Il devient ensuite ambassadeur à Tokyo, puis à Washington, et termine sa carrière à Bruxelles, en 1936. Paul Claudel s’installe alors en Isère, dans le château de Brangues, acquis en 1927.


Le christianisme au coeur de son oeuvre

Paul Claudel se convertit au catholicisme à Noël, le 25 décembre 1886, devant les vêpres à Notre-Dame. “J’étais debout, près du deuxième pilier, à droite, du côté de la sacristie. Les enfants de la maîtrise étaient en train de chanter ce que je sus plus tard être le Magnificat. En un instant mon cœur fut touché et je crus. Je crus, d'une telle force d'adhésion [...] que, depuis, tous les livres, tous les raisonnements, tous les hasards d'une vie agitée, n'ont pu ébranler ma foi, ni, à vrai dire, la toucher”, racontait Paul Claudel d’après l’ouvrage de Jules Sageret. La lecture de la Bible est chez lui une vraie source d’inspiration : il s’inspire autant de la forme (verset biblique) que du fond où il reprend dans son écriture certains symboles. Ses poèmes célèbrent la création divine.

Découvrez le documentaire La terre promise de Paul Claudel


Écrivain tout au long de sa vie

Pendant toute sa carrière de diplomate, Paul Claudel continue d’écrire. Sa pièce L’annonce faite à Marie, par exemple, est jouée en 1912. En s’installant définitivement en Isère, il se met à l’écriture à plein temps : pièces de théâtre, poèmes... Il reçoit chez lui beaucoup de personnalités politiques et d'écrivains comme François Mauriac. À partir de 1930, Paul Claudel écrit surtout des commentaires bibliques. Il prend sa retraite en 1943, année où sa pièce du Soulier de satin est mise en scène par Jean-Louis Barrault, et fait ainsi découvrir au grand public le théâtre de Paul Claudel. Il entre à l’Académie française le 13 mars 1947 par François Mauriac.