Depuis 5 siècles, le Consulat de France à Jérusalem est le poste avancé de la diplomatie religieuse de la royauté, l’empire et aujourd’hui la République au Moyen-Orient. Malgré les soubresauts de l’histoire, il continue d’exercer ses compétences sur un territoire défini par des traités séculaires : jamais le fil de l’histoire n’a été rompu comme nous l’explique Hervé Magro, directeur des archives du Quai d’Orsay et ancien consul général de France à Jérusalem.