Le vrai pouvoir, c’est celui de l’Évangile. C’est ce que le pape François a rappelé après son élection. Depuis, il a lancé une profonde réforme de la gouvernance au Vatican car il souhaite une Eglise pauvre et humble. Un changement d’air initié par le pape Benoit XVI.