Pour ce 4ème et dernier dimanche de l’Avent sur le thème "Montre-moi ton visage", David Milliat recevait Stéphane Février. Condamné à 25 ans de prison après un homicide accidentel lors d’un braquage, comment a-t-il retrouvé son vrai visage et changé le regard des autres sur lui ?

Pour changer, dit-il, il faut accepter qu’il y ait quelque chose à changer. Dans l’évolution de son regard sur lui-même, il a bénéficié de nombreuses mains tendues, du personnel de la prison aux aumôniers en passant par les visiteurs bénévoles. Le Christ a tendu la main au Bon Larron crucifié avec Lui sur la croix. C’est la seule possibilité pour l’être humain de ne pas se sentir perdu et c’est la seule forme de pardon possible.
Après avoir pu faire entrer les chevaux dans l’enceinte du centre de détention grâce à l’associationCheval et Insertion, il travaille aujourd’hui dans une entreprise de vans pour chevaux.
Le regard des autres quand ils apprennent son passé d’ex-détenu évolue lui aussi de la méfiance à la confiance. Cela passe aussi par le témoignage, ce qu’il fait aujourd’hui.
Un reportage sur la ferme Emmaüs Baudonne, ferme agro-écologique qui accueille des femmes en aménagement de peine, est une initiative unique en France. Pensé comme lieu transitoire entre la détention et la liberté, de tels projets seraient à encourager mais les juges rencontrent de nombreux problèmes pour les développer.
Stéphane Février a choisi le visage d’Alexandre Jollien, philosophe porteur de handicap, pour son humanité. "Par l’humanité, on peut tout rendre possible."