"Alors, délivré comme le coureur aux dernières foulées de sa course, j’avance dans la grande nef, porté en avant, mes pas à la fois lourds et légers. Allons, c’est presque fait ! J’ai marché et d’étape en étape mon fardeau a glissé de mes épaules. Au-dessus de moi les orgues gardent le sanctuaire ainsi que des archanges guerriers. De tuyaux en jaillissent comme des fers de hallebardes, comme les trompettes d’une sonnerie de triomphe. Et passée cette tempête, je touche au sanctuaire des sanctuaires : le grand autel."

Notre sélection