Résumé de l'auteur :
À l’occasion du 76e Festival d’Avignon, la journaliste et animatrice, Maryse Chauvaux, au micro de la radio RCF, rend hommage au père Chave. Elle diffuse un entretien rétrospectif, réalisé en 2012, sur 50 années de présence chrétienne au Festival d’Avignon où le prêtre livre son histoire : celle d’un fils de cheminot au destin tout tracé qui, devenu prêtre dans le contexte de l'après-guerre, va découvrir le théâtre et son mystère à travers le Festival d’Avignon et le théâtre populaire de Jean Vilar. Une révélation poétique et transcendantale, à la rencontre de l’homme, de ses aspirations, ses souffrances et ses questionnements. Il s’engagera dès lors, en dépit des obstacles internes et externes aux milieux ecclésial et artistique, dans l’institution d’un dialogue "pas si simple" entre croyants et artistes, entre l’Eglise et le théâtre, par le biais des rencontres Foi et Culture ou des messes et dimanches de Festival, inscrivant à jamais ses actions dans la longue histoire de la manifestation. Le père Chave, au carrefour des mondes de l’art et de l’Eglise, lie l'intimité de sa trajectoire (son entrée précoce au petit séminaire, l’horreur de la guerre, son rêve non réalisé de devenir prêtre missionnaire, l’arrivée du Festival comme une bouffée d’oxygène, les rencontres marquantes avec les artistes…) à celle des grands moments du Festival (des origines à ses mutations majeures), souvenirs et réflexions mêlés.
Le spectateur suit le prêtre dans une lente déambulation d’un lieu marquant du Festival à un autre ; au coeur du Palais puis des églises Notre-Dame des Doms et des Célestins. Des souvenirs émanent de ces décors chargés d’Histoire, et entraînent ainsi le personnage dans un voyage dans le temps où l’intime et la grande histoire se tissent ensemble. Le portrait poétique d’un prêtre ordinaire au destin extraordinaire qui s’émerveille devant l’acte théâtral, "lieu" sacré d’élévation et de dialogue de l’homme avec lui-même comme avec l’autre.

Notre sélection